QUI ?

Né en 1969 à Strasbourg, Patrick Willocq vit et travaille à La Haye. Comme il l'explique sur son site, ce Français a connu une véritable " renaissance " professionnelle à l'âge de 40 ans. En 2009, il retourne au Congo, le lieu où il a grandi, et, toutes affaires cessantes, décide d'en finir avec son précédent métier pour se consacrer entièrement à la photographie. Si l'ho...

Né en 1969 à Strasbourg, Patrick Willocq vit et travaille à La Haye. Comme il l'explique sur son site, ce Français a connu une véritable " renaissance " professionnelle à l'âge de 40 ans. En 2009, il retourne au Congo, le lieu où il a grandi, et, toutes affaires cessantes, décide d'en finir avec son précédent métier pour se consacrer entièrement à la photographie. Si l'homme n'a pas plus de dix ans d'images dans sa besace, il ne s'en est pas pour autant moins fait remarquer. Son approche qui consiste à raconter la vie des gens en les mettant en scène, avec leur participation, dans des environnements décalés, fait plus que mouche. Pour preuve, de nombreuses mentions et récompenses sont venues couronner sa nouvelle carrière : SFR Jeunes Talents de Paris Photo 2012, Prix Photo de l'Agence Française de Développement 2012, Prix Découverte des Rencontres d'Arles 2014, Prix Coup de Coeur HSBC pour la Photographie 2016, Sony World Photography Awards 2016, Prix Niepce 2017, Leica Oskar Barnack Award 2014 et 2017. QUOI ?Le musée de la Photographie, à Charleroi, a décidé d'exposer sa lumineuse série de clichés sur un rituel ancestral lié à la maternité chez les Pygmées Ekonda du nord de la République démocratique du Congo. Le rituel en question est celui dit de la " Walé ", une mère primipare allaitante. La coutume veut qu'après la naissance la jeune femme vive isolée pendant au moins deux ans. En retour, elle acquiert un statut de patriarche aux yeux du clan. Pour découvrir une photographie occupant un territoire inédit, quelque part entre l'art contemporain et la tradition. Le tout évoque une joyeuse ethnographie qui restitue la théâtralité et la beauté des sujets sur lesquels elle se penche.