Avec ses cheveux en bataille, ses grands yeux bleus et son look d'éternel adolescent - jeans délavé et tee-shirt blanc dépassant du petit pull Céline -, qui le font ressembler à James Dean, son idole, on lui donnerait presque le bon Dieu sans confession. Surtout quand il nous apparaît nimbé de soleil dans les nouveaux bureaux parisiens de Loewe, rue Bonaparte, avec l'église Saint-Sulpice en toile de fond. Quelques minutes plus tôt, pourtant, on avait hésité à pousser la porte de ce même bureau rugissant au son du heavy metal... Petite bouffée d'oxygène dans un agenda ultrachronométré ? Car, à 30 ans, Jonathan William Anderson est un jeune homme très occupé. Outre les six collections qu'il dessine pour son propre label, boosté en 2013 par un investissement massif venu de LVMH, le créateur irlandais a été chargé de dépoussiérer l'une des belles endormies du groupe de luxe : Loewe, vénérable maison espagnole spécialisée dans le cuir et fondée en 1846. Un échange de bons procédés, en somme.
...