1. PARCE QUE Joyce Maynard alterne le journalisme et le romanesque. Elle signe des best-sellers, dont ses mémoires, révélant sa liaison avec Salinger ( L'Attrape-c£urs), un monument des lettres américaines. À l'époque, elle avait 18 ans et lui 53 ans. Shocking ? " J'ai grandi parmi les secrets et les non-dits. C'est pourquoi j'aime aborder des thèmes dont on ne parle pas, comme la famille, la fratrie, les relations hommes/femmes ou parents/enfants. Je place mes personnages dans des situations périlleuses, pour voir comment ils vont surmonter ces épreuves. Nous avo...

1. PARCE QUE Joyce Maynard alterne le journalisme et le romanesque. Elle signe des best-sellers, dont ses mémoires, révélant sa liaison avec Salinger ( L'Attrape-c£urs), un monument des lettres américaines. À l'époque, elle avait 18 ans et lui 53 ans. Shocking ? " J'ai grandi parmi les secrets et les non-dits. C'est pourquoi j'aime aborder des thèmes dont on ne parle pas, comme la famille, la fratrie, les relations hommes/femmes ou parents/enfants. Je place mes personnages dans des situations périlleuses, pour voir comment ils vont surmonter ces épreuves. Nous avons tous des batailles à mener. " 2. PARCE QUELes Filles de l'ouragan ne fait pas exception à la règle. Dana et Ruth naissent dans le même hôpital du New Hampshire. Elles sont radicalement différentes, mais " ces s£urs d'anniversaire " restent en contact. Le lecteur est convié à suivre leurs destinées parallèles. " La famille, ou son absence, constitue la première expérience relationnelle. Elle nous donne une idée de ce que sera le monde. " Celui des héroïnes est alourdi " par des parents désillusionnés. Ce roman se demande si on est le résultat de sa naissance. Peut-on vraiment être qui on veut ? " 3. PARCE QUE la question de l'identité est d'autant plus brûlante lorsqu'il s'agit d'amour. Dana découvre son homosexualité, alors que Ruth vit une passion ravageuse avec Rey, le frère de sa " s£ur de naissance ". D'après Joyce Maynard, " l'amour peut s'apparenter à une drogue, mais aimer l'autre signifie que ses besoins passent avant les nôtres ". Le duo du roman l'apprend à ses dépens. " En exposant son c£ur, on risque d'être confronté à la douleur. Tel est le prix de l'amour. " Le premier est particulièrement déterminant. Pour la romancière, il relève des blessures meurtrières. " Ma vie a été façonnée par Salinger, qui m'a fait croire que j'étais une ratée. J'ai mis des années à m'en remettre... " 4; PARCE QUE devenir femme est parfois un parcours du combattant, surtout au sein d'une certaine Amérique. " Vieillir consiste à accepter de perdre sa beauté et ses rêves, mais on gagne en sagesse ", estime Joyce Maynard. Comme ses protagonistes, elle pensait que l'amour serait la réponse à tout. " Dana doit accepter une identité sexuelle hors normes. Quant à Ruth, elle affronte la perte de l'homme aimé. La résilience m'intéresse car la vie triomphe toujours. " 5. PARCE QUE ce roman rappelle qu'il n'est jamais trop tard. L'important étant de faire la paix avec soi-même. Pour y parvenir, les héroïnes devront briser le sceau d'un secret fondateur et regarder la vérité en face. " Moi, je veux tout savoir afin de faire mes choix. Révéler mon expérience de vie en a choqué plus d'un, mais cela m'a rendue plus forte, clame Joyce Maynard. Je suis une femme libre et chanceuse. En apprenant sa mort prochaine, ma mère m'a dit : la vie n'est-elle pas intéressante ? Notre petite flamme ne s'éteint jamais... " Les Filles de l'ouragan, par Joyce Maynard, Philippe Rey, 336 pages. KERENN ELKAÏM