DU STYLE À REVENDRE. De celle qui fut sa rivale supposée lorsqu'elle était à la tête du Vogue français, Anna Wintour, l'influente rédactrice en chef de l'édition américaine du magazine de mode, n'a pas peur de dire " qu'elle incarne la quintessence même de la Parisienne ". À 57 ans, Carine Roitfeld n'a rien perdu de son pouvoir de fascination. Son nom de famille est désormais une marque déposée. Déjà bien occupée par la réalisation avec Karl Lagerfeld de The Little ...

DU STYLE À REVENDRE. De celle qui fut sa rivale supposée lorsqu'elle était à la tête du Vogue français, Anna Wintour, l'influente rédactrice en chef de l'édition américaine du magazine de mode, n'a pas peur de dire " qu'elle incarne la quintessence même de la Parisienne ". À 57 ans, Carine Roitfeld n'a rien perdu de son pouvoir de fascination. Son nom de famille est désormais une marque déposée. Déjà bien occupée par la réalisation avec Karl Lagerfeld de The Little Black Jacket, un livre hommage à la mythique veste noire de Chanel, celle qui offre désormais ses services de consultance à des maisons comme Dior, Tom Ford ou Givenchy, vient de sortir le numéro zéro du CR Fashion Book, un " mook " - entre magazine et beau livre de photos - où elle aura vraiment les coudées franches. UN PARCOURS HORS NORME. Ancienne top-modèle, styliste pour Elle, Glamour et bien sûr Vogue qu'elle imprimera de sa patte irrévérencieuse pendant plus de dix ans, cette fille à papa élevée dans la soie fut aussi la muse de Tom Ford alors qu'il était directeur artistique de Gucci puis Yves Saint Laurent, inaugurant avec lui l'ère dite du " porno chic ". C'est d'ailleurs au créateur américain que l'on doit l'éditorial mettant en scène dans le Vogue de décembre 2010, des fillettes couvertes de bijoux et outrageusement maquillées. Le " shoot de trop " qui aurait valu à madame R. une fin de mandat anticipée. UNE COLLECTION À SON IMAGE. Parce qu'à ses yeux l'élégante est celle qui n'en fait jamais trop, qui préfère être un peu en deçà que too much, Carine Roitfeld sort aujourd'hui, en collaboration avec M.A.C une première ligne de maquillage où le noir et les tons nude se taillent la part du lion. Une gamme de 21 articles comprenant aussi bien des fards qu'un recourbe-cils, une pince à épiler ou un pochoir étoilé pour se dessiner un point de beauté porte-bonheur au coin des yeux ou sur la joue. " J'aime que mon look soit un peu "messy", pas parfait, confie- t-elle. Mon maquillage est toujours un peu sombre, comme s'il était en train de couler. " Pour défendre sa collection, cette anti-bobo a (re)pris la pose en nuisette sexy - l'un des trois basiques absolus de son dressing. îil charbonneux, sourcil épais, teint parfait. Le secret de la beauté troublante de madame R. est éventé. L'INTERVIEW DE CARINE ROITFELD SUR LEVIFWEEKEND.BEISABELLE WILLOT