C'est lors d'un voyage en Thaïlande que Martin Germeau a tiqué sur les incroyables propriétés d'un résidu pourtant destiné à la poubelle : le marc de café. Parmi ses nombreuses vertus, une attire particulièrement son attention, celle de substrat idéal pour la culture de champignon. Trois ans plus tard, il nous donne rendez-vous à Bruxelles, à Tour & Taxis, pour la visite de ses installations d'un rêve devenu réalité : PermaFungi. " Nous sommes gracieusement hébergés dans l'ancienne gare de triage de la poste, sur 250 des 10 000 m2 de so...

C'est lors d'un voyage en Thaïlande que Martin Germeau a tiqué sur les incroyables propriétés d'un résidu pourtant destiné à la poubelle : le marc de café. Parmi ses nombreuses vertus, une attire particulièrement son attention, celle de substrat idéal pour la culture de champignon. Trois ans plus tard, il nous donne rendez-vous à Bruxelles, à Tour & Taxis, pour la visite de ses installations d'un rêve devenu réalité : PermaFungi. " Nous sommes gracieusement hébergés dans l'ancienne gare de triage de la poste, sur 250 des 10 000 m2 de sous-sol du site. Sombre et humide, cette immense cave offre des conditions idéales, la température constante et l'air ventilé. " Passée la surprise de cet hallucinant décor, vient la première question : pourquoi le marc de café ? " Parce que c'est un bon substrat à la base, explique Martin. Et que les autres, comme le crottin de cheval ou la sciure de bois, doivent être stérilisés, ce qui demande une importante machinerie et donc pas mal de temps et d'énergie. C'est là le deuxième gros avantage du marc de café, outre sa gratuité : il est déjà propre quand on le passe dans la machine. " Grâce à un partenariat avec la chaîne de restauration saine EXKI, le marc de café bio est récolté en vélo cargo au sein de huit établissements dans un périmètre de 19 kilomètres, avant d'être placé dans de gros boudins, avec un mélange de paille et de mycélium. Jusqu'à ce que des pleurotes apparaissent, comme par magie. " La première qualité d'un champignon, c'est sa fraîcheur, et les nôtres sont nettement supérieurs à tout ce que l'on trouve en supermarché. Ce sont nos clients qui le disent ", se félicite Martin. Fidèle à leur slogan " Eat. Grow. Learn. ", les initiateurs du projet dispensent ateliers de sensibilisation, workshops ou team buildings, dans un esprit de partage et de promotion de la résilience urbaine. PermaFungi a déjà valorisé plus de 15 tonnes de déchets, et sa production, de trois à quatre cents kilos par mois, va sans doute doubler d'ici la fin de l'année. Sans compter que nos mycologues urbains ont encore de la marge, en sachant que Bruxelles produit à elle seule quelque 5 000 tonnes de marc de café par an. www.permafungi.be PermaFungi propose deux types de kit de culture : - Le box en carton de pleurotes blancs, jaunes ou roses (pour une quinzaine d'euros, 300 à 600 g de récolte) : " Tu ouvres la boîte, tu attends et tu vois les champignons qui poussent. C'est magique, didactique et assez spectaculaire, car les champignons doublent de volume toutes les 24 heures. " - Le Fungi Pop, petit réceptacle qui permet aux particuliers de recycler leur propre marc de café et peut potentiellement servir à un nombre de cycles illimité (13,95 euros).