C'est en plein c£ur de Paris, à l'étage d'un hôtel particulier que Patrick Seguin et Laurence Bergerot ont élu domicile. Dès l'entrée, le ton est donné : murs blancs, espace épuré... tout est ici conçu pour mettre en valeur un extraordinaire ensemble de mobilier des années 1950 et d'art contemporain. Cette collection aussi rigoureuse qu'exigeante reflète parfaitement les goûts des propriétaires et retrace l'histoire de leur galerie éponyme.
...

C'est en plein c£ur de Paris, à l'étage d'un hôtel particulier que Patrick Seguin et Laurence Bergerot ont élu domicile. Dès l'entrée, le ton est donné : murs blancs, espace épuré... tout est ici conçu pour mettre en valeur un extraordinaire ensemble de mobilier des années 1950 et d'art contemporain. Cette collection aussi rigoureuse qu'exigeante reflète parfaitement les goûts des propriétaires et retrace l'histoire de leur galerie éponyme. En 1989, Patrick Seguin se lance dans la carrière de galeriste. Il défend l'£uvre de Jean Prouvé, Charlotte Perriand, Le Corbusier, Pierre Jeanneret, Jean Royère, Georges Jouve, Serge Mouille, Alexandre Noll... A cette époque, le marché n'existe pas encore pour ces icônes de la modernité alors peu connues, voire ignorées, par les collectionneurs. Mais à force d'enthousiasme et d'un travail acharné, Patrick Seguin les aidera tous à entrer peu à peu dans les plus grandes collections à travers le monde. Incontournable dès qu'il s'agit de ces figures majeures du xxe siècle, la galerie Patrick Seguin est régulièrement invitée par de prestigieuses galeries internationales (Sonnabend à New York, Gagosian à Los Angeles, Comme des Garçons à Tokyo, Seomi et Hyundai à Séoul) à organiser de grandes expositions consacrées à " ses " créateurs. À ceux qui l'interrogent sur la constance de ce choix très ciblé, Patrick Seguin répond qu'il veut avant tout approfondir ses connaissances dans un domaine qui est le sien, toujours en quête de la pièce inédite ou de l'ultime chef-d'£uvre, qu'il s'agisse d'éléments d'architecture ou de mobilier. Et parce qu'il ne fait pas de différence entre passion professionnelle et privée, il a choisi de s'entourer de quelques-unes des créations phares de ceux qu'il défend. Rigoureux, Patrick Seguin a privilégié les pièces rares et emblématiques : un grand canapé " ours polaire " de Royère, une table " Afrique " de Prouvé et Perriand, un prototype de plafonnier de Mouille, un somptueux bureau de forme libre de Perriand et Jeanneret ou encore une " table trapèze " de Prouvé. Des créations qui préfigurent la modernité et qui, plus de cinquante ans après leur naissance, n'ont rien perdu de leur pertinence. Si le mobilier d'architecte représente la part historique de ce patrimoine, l'art contemporain en est la partie prospective. Une aventure que Patrick Seguin et Laurence Bergerot partagent à présent avec leur fille Pauline. Cette collection d'art contemporain s'est constituée au fil du temps, des rencontres et des liens d'amitiés tissés avec les artistes, comme avec leurs confrères galeristes : qu'il s'agisse d'Enrico Navarra à Paris (avec lequel ils ont coédité une superbe monographie consacrée à Tadao Ando) ou à l'étranger : de Sonnabend à New York, Gagosian à Los Angeles, Jablonka à Cologne, ou encore d'Hauser & Wirth à Zurich. Peintures, sculptures, photographies... Un florilège de noms les plus percutants au firmament de l'art international de ces trente dernières années : Andy Warhol, Jean-Michel Basquiat, Jeff Koons, Richard Prince, Cindy Sherman, Ed Ruscha, Andreas Gursky, Bruce Nauman, Hiroshi Sugimoto... Et aussi Liam Gillick, Sam Durant, Jim Shaw, Marlene Dumas, Raymond Pettibon, Wolfgang Tilemans, Sylvie Fleury, Elizabeth Peyton, Roman Signer, Jim Lamby... Mais cet ensemble d'opus, digne des salles d'un grand musée, se " savoure " ici avec naturel et décontraction. Carnet d'adresses en page 116. Reportage : Luxproductions. com