A cheval entre Orient et Occident, Istanbul est une métropole bien ancrée dans le deuxième millénaire, où se côtoient harmonieusement culture traditionnelle et influences mondiales. Cet appartement classique du XIXe siècle, meublé d'emblèmes du design, est un exemple parfait du mode de vie privilégié dans cette ville bouillonnante.
...

A cheval entre Orient et Occident, Istanbul est une métropole bien ancrée dans le deuxième millénaire, où se côtoient harmonieusement culture traditionnelle et influences mondiales. Cet appartement classique du XIXe siècle, meublé d'emblèmes du design, est un exemple parfait du mode de vie privilégié dans cette ville bouillonnante. Situé dans le quartier de Tünel, surtout fréquenté par des intellectuels, des peintres et des auteurs et toujours en pleine effervescence avec ses nombreux cafés bohèmes, ce logement était à l'abandon lorsque son propriétaire a fait appel à Seyhan Õzdemir et Sefer Çaglar du bureau Autoban (lire par ailleurs) pour sa rénovation. " Les aspects historiques de l'habitation doivent être pris en compte, insistent les concepteurs. Chaque immeuble possède sa propre histoire et l'aménagement repose sur l'architecture d'origine. Dans ce cas-ci, nous avons collaboré avec des artisans locaux, pour les plafonds notamment. " Désormais chaleureux et accueillant, l'appartement, qui a conservé les traces de son passé tout en étant résolument tourné vers l'avenir, est meublé d'icônes contemporaines mais aussi de nombreux objets originaux ou créés par Autoban - " ce sont toutes des pièces émotionnellement expressives et visuellement inspirantes ", soulignent les designers. Côté fonctionnalité, les chambres sont réparties le long d'un couloir de quinze mètres à l'issue duquel sont installés la cuisine et le séjour. Un solarium, décoré de plantes en pot grimpant sur les fenêtres, a pris place entre le bureau et la salle à manger. " Pour rendre l'endroit habitable et agréable à vivre, il a fallu modifier pas mal de choses ", se souvient Sefer. Le carrelage avait en grande partie disparu, le plancher était très abîmé et les plafonds en stuc presque inexistants. Le duo d'Autoban a choisi de démolir certaines parois et de décloisonner l'espace. La plupart des murs en briques ont été sablés à l'exception de quelques-uns, peints en blanc pour éclaircir la composition. Des artisans locaux ont recréé des plafonds en stuc à l'aide de papier mâché, selon une méthode ancestrale turque mais aussi restauré les sols - rendus brillants pour donner " une touche glamour " - et d'autres éléments d'architecture comme les encadrements de portes autour des nouvelles ouvertures. Le tandem de créateurs accorde une grande importance à la couleur. " Pour les objets et les meubles, nous avons opté pour une palette chaude tandis que les tons plus froids, incluant différentes nuances de gris, ont été utilisés ailleurs ", expliquent-ils. Le maître des lieux étant un homme, le style se veut " plus masculin ", avec des nuances foncées sur les sols et le carrelage de la salle de bains. L'îlot de la cuisine a été réalisé sur mesure en fonte et peint en noir. Ce même matériau a été utilisé pour les vitrines. Le plafond est lui teint en gris métallique, à l'image de ceux que l'on pouvait voir autrefois dans les restaurants et bistros du XIXe. Istanbul était alors sous influence française et de nombreux logements rappellent cette époque. " La vraie force de ce projet réside dans le fait qu'il soit à la fois de style très local tout en étant baigné d'influences mondiales, souligne Sefer. Istanbul est une grande source d'inspiration. Il s'agit d'une ville très colorée, intégrant de nombreux aspects de la culture turque. On ne s'en rend pas toujours compte lorsqu'on travaille mais on a tendance à interpréter inconsciemment des choses que l'on a collectées çà et là dans notre mémoire au fil du temps. " PAR SISTERS AGENCY ET FANNY BOUVRY