Quelques minutes après l'atterrissage, en sortant du petit aéroport de Biarritz, on nous prévient gentiment : " Ici, ne vous étonnez pas : vous pouvez vivre les quatre saisons en une seule journée ! " Moins de sept minutes plus tard, le joli ciel bleu se voit lentement envahi de nuages noirs. La pluie se met à tomber. Puis, soudainement, une intense averse de grêle décide de couvrir les rues de petites balles blanches glacées... Au Pays basque, on ne ment pas aux visiteurs. Même si les grêlons, ce jour-là, n'ont pas manqué de surprendre le plus acclimaté des habitants locaux. " Ça, tout de même, c'est rarissime ", nous dit-on à Saint-Pée-sur-Nivelle, village qui résume déjà tout le charme de la région, avec ses maisons à colombages et aux volets rouges, sa superbe église en pierre et ses commerces accueillants. La bourgade est incontournable pour quiconque veut se frotter immédiatement à l'un des autres signes particuliers du pays : la fameuse pelote basque, qui n'a nullement besoin d'un plein soleil pour faire briller les yeux de ceux qui en parlent. La preuve dans l'Ecomusée de la Pelote et du Chistera, situé juste à côté du fronton de jeu, qui raconte l'histoire d'un sport suscitant ferveur et fierté depuis qu'un gamin du coin surnommé Gantxiki, en 1857, a imaginé le " chistera ", ce long gant en osier qui a donné un fulgurant élan à la pelote.
...