Jusqu'au 23 décembre prochain, à Bruxelles, la Patinoire Royale programme Sculpting Belgium, une exposition nécessaire qui se penche sur " la sculpture en Belgique durant les Trente Glorieuses ". De 1945 à 1975, l'événement examine l'oeuvre d'une trentaine d'artistes qui constituent notre environnement artistique le plus inconscient : Pol Bury, Jo Delahaut, Tapta, Oscar Jespers... Un vrai morceau de patrimoine dont les lignes marquées expriment une fascination pour le minimalisme et l'abstraction. Comme un écho anversois à cette programmation grandeur nature que l'on attendait depuis longtemps, le Musée Middelheim déroule Recall Sculpture, accrochage modeste mais génial qui donne à voir 41 sculptures de petit format réalisées entre 1950 et 1970. Ces pièces précieuses en provenance de la collection du Musée royal des beaux-arts d'Anvers (KMSKA) témoignent d'un nouvel élan créatif au sortir de la Seconde Guerre mondiale. L'observateur attentif y découvrira les thématiques et les matériaux qui vont coloniser l'art contemporain. Le tout pour un corpus marqué par une vraie diversité. Comme l'affirme Greta Van Broeckhoven, curatrice de l'expo : " Pendant cette période, l'artiste cherche à donner corps à l'intemporel, hors de tout cadre de référence. Ou, au contraire, réagit en exprimant la terreur de la violence de la guerre dans son activité artistique. Le sujet traité et l'état d'esprit conditionnent la technique et le matériau. La céramique fait son entrée en scène. Les frontières entre les deux voire trois dimensions s'estompent. " Figuratives, abstraites ou informelles, pesantes ou légères, ces oeuvres disent des talents certains tels que Pietro Consagra, Arnaldo Pomodoro, Francesco Somaini, Elisabeth Schaar, Bernhard Heiliger ou encore Marino Marini.

© Ans Brys

Recall Sculpture, Musée Middelheim, 61, Middelheimlaan, à 2020 Anvers. www.middelheimmuseum.be Jusqu'au 18 mars prochain.