Varsovie a longtemps gardé l'image de ville totalement reconstruite après le désastre de la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, à l'aube de ce nouveau millénaire, la capitale polonaise a retrouvé le charme qui imprègne les rues de la plupart des villes anciennes. Les façades colorées et joliment décorées se succèdent pour rassasier le regard curieux des visiteurs nostalgiques. Mais, çà et là, des courants d'airs actuels, vifs et pétillants soufflent dans les boutiques.
...

Varsovie a longtemps gardé l'image de ville totalement reconstruite après le désastre de la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, à l'aube de ce nouveau millénaire, la capitale polonaise a retrouvé le charme qui imprègne les rues de la plupart des villes anciennes. Les façades colorées et joliment décorées se succèdent pour rassasier le regard curieux des visiteurs nostalgiques. Mais, çà et là, des courants d'airs actuels, vifs et pétillants soufflent dans les boutiques.Sortir de l'ombreC'est Bozena Kulczynska, une femme passionnée d'art et de design, qui a fondé, en 1995, la galerie Opera où sont présentées ces diverses créations. Graduée en langues polonaises, elle exerce le métier de journaliste jusqu'au jour où elle visite une exposition d'arts décoratifs. Déçue de n'y trouver aucun objet qui la séduise vraiment, elle décide alors de se consacrer à la promotion du design polonais. Grâce au soutien d'un groupe d'architectes, elle réussit à ouvrir un espace au sein du Centre d'art contemporain de Varsovie. Indépendant de l'institution, l'espace Opera y organise régulièrement des expositions d'objets réalisés par des créateurs originaires de Pologne. Les critères de sélection reposent sur la créativité et la qualité d'exécution. Cette vitrine séduit tant les jeunes designers frais émoulus des écoles que ceux qui jouissent déjà d'une certaine notoriété. L'espace se transforme rapidement en véritable forum de discussion, un lieu d'échange stimulant où des directeurs d'entreprises peuvent rencontrer des artistes et y découvrir des objets susceptibles d'être reproduits en série. Ce joli succès permet à Opera d'organiser des expositions itinérantes à travers tout le pays. L'an passé, la galerie a même participé aux prestigieux salons de Francfort et de Milan.La tradition réinventéeIl y quelques mois, Bozena Kulczynska a inauguré sa nouvelle boutique nichée au coeur de la vieille ville. On y trouve des meubles et des objets d'art de grande taille alors que la galerie du musée présente plutôt de petits objets en verre, en céramique, en bois et en métal. " A côté d'une tendance purement moderniste et d'une autre plus passéiste, le design polonais semble emprunter une troisième voie, constate Ewa, l'assistance de Bozena Kulczynska. Il respecte les valeurs sûres de la tradition du pays tout en les réinterprétant d'une manière très contemporaine. La nouveauté n'est pas une question de mode... Nous souhaitons que chaque oeuvre soit représentative de la sensibilité de son concepteur. " Les très beaux verres de Piotr Tolma s'inscrivent parfaitement dans cette philosophie. Fabriqués selon des traditions authentiques, ils adoptent des formes pour le moins innovantes et surprenantes. Le bois naturel, un matériau on ne peut plus traditionnel, a inspiré, lui, des formes d'une extrême géométrie à Piotr Grybowski. Tout aussi originaux, les vases métalliques de Krystof Siborski se reconnaissent à leur sobriété de bon aloi. Les céramiques de Marek Cecula s'inscrivent dans la même veine. Cet artiste polonais, qui enseigne l'art de la céramique aux Etats-Unis, crée des objets aux lignes épurées à l'extrême et revisite les formes les plus classiques avec un sens aigu de l'esthétique. Par le biais de la galerie Opera, Marek Cecula expose régulièrement ses oeuvres dans son pays d'origine. La prochaine adhésion de la Pologne à la Communauté européenne devrait permettre à ces artistes d'accéder au succès international qu'ils méritent pleinement...Carnet d'adresses en page 101Anne Hustache