Elève plutôt moyen, le jeune Jules s'oriente très tôt vers la photographie, une activité lui permettant d'exercer un sens du beau qu'il cultivera tout au long de sa vie. Mobilisé en mai 1940 mais rapidement libéré du service, il se consacre un temps au théâtre et, à la fin des combats, il ouvre un magasin d'antiquités, où il fait fructifier ses talents de chineur. Son oeil et son goût sûr fo...