...

Tutto Ponti, Gio Ponti archi-designer célèbre une carrière qui débuta en 1921, parcourut plus d'un demi-siècle et connut de nombreux sommets. Visionnaire et virtuose, l'homme prôna très rapidement le rapprochement de l'artisanat et de l'industrie, ouvrant la voie vers un nouvel art de vivre, défendant la vision d'une " maison à l'italienne ". Insatiable créateur, il s'illustre dans des domaines aussi variés que l'architecture, le mobilier et l'aménagement de bâtiments publics ou privés, mais aussi le graphisme, le verre et la céramique, le luminaire ou l'orfèvrerie. Fondateur de Domus, revue référence de l'archi et du design depuis plus de septante ans, l'Italien a tout fait, tout réussi, aligné les collaborations prestigieuses, avec Christofle, Knoll, Artemide ou Cassina, et bien sûr Molteni, qui veille jalousement sur son immense héritage, et réédite ses pépites depuis 2010. Ce parcours extraordinairement éclectique invite les Arts déco à remonter chronologiquement six décennies, à travers plus de 500 pièces, dont certaines jamais montrées, pour offrir aux visiteurs un panorama inédit sur l'oeuvre de l'un des plus influents designers du xxe siècle. Divisé en trois chapitres - l'objet, le mobilier et l'architecture -, il se clôture par six period-rooms, dans lesquelles des reconstitutions que l'on nous promet " spectaculaires " tenteront de restituer l'aspect global de son travail. L'exposition présentée, du 19 octobre au 10 février prochain, dans la Nef du musée et ses galeries latérales, sera inaugurée le même jour que le nouvel itinéraire design de l'institution : un millier d'oeuvres sur 2100 m2, des années 40 à nos jours, histoire de valoriser sa collection, parmi les plus riches du monde. Ce qui fait donc au moins deux bonnes raisons d'aller faire un saut à Paris dans les prochaines semaines.