De Munich, les autres villes allemandes, plus progressistes, disent volontiers, avec un brin d'ironie, que la capitale de la Bavière est " spiessig ", traduisez par bourgeoise et conservatrice. C'est donc en total contraste avec cette réputation qu'Innegrit Volkhardt, héritière d'une célèbre dynastie d'hôteliers, a confié à Axel Vervoordt le réaménagement progressif du Bayerischer Hof, une vielle dame de 177 ans, comptant 377 chambres dont 74 suites fréquentées par une clientèle internationale, habituée au train de vie des palaces; soit de 400 à 800 euros et davantage la nuit, selon le taux d'occupation.
...