Ann Demeulemeester revient sur ses trois décennies de mode: « « Je voulais pour une fois obliger les gens à regarder vraiment mes vêtements »

Ann Demeulemeester à la fin de son premier défilé, en 1992

La créatrice belge Ann Demeulemeester a fait parler d’elle durant le salon consacré à la mode masculine Pitti Uomo à Florence. Invitée d’honneur, elle a présenté 47 silhouettes retraçant sa carrière.

Ann Demeulemeester revient sur trois décennies dans la mode : « j’ai décidé d’arrêter pour me donner l’opportunité de faire quelque chose de différent »

La créatrice belge Ann Demeulemeester a fait parler d’elle durant le salon consacré à la mode masculine Pitti Uomo à Florence. Invitée d’honneur, elle a présenté 47 silhouettes retraçant sa carrière. « Je voulais pour une fois obliger les gens à regarder vraiment mes vêtements ».

Ann Demeulemeester

Elle devait initialement venir au Pitti Uomo en janvier. Mais le format avec musique et public prévu pour cet évènement n’était pas compatible avec le covid. Le salon lui-même s’est tenu mais sous une forme réduite.  

Nous sommes donc six mois plus tard, le covid n’a peut-être pas été, mais la tempête est retombée. Ce salon consacré à la mode homme, le plus important au monde, est d’ailleurs en pleine expansion, avec un nombre d’exposants et de visiteurs nettement supérieur à celui des deux éditions précédentes. Les Américains sont de retour, tout comme les Japonais, présents en masse, mais de façon sporadique. La Chine quant à elle garde encore des frontières hermétiques et la Russie, conflit oblige, voit sa présence ici décliner.

Le salon a donc renouvelé son invitation à Ann Demeulemeester et a parallèlement demandé à la jeune designer britannique Grace Wales Bonner d’être son autre invitée d’honneur. Tandis que la jeune créatrice britannique est exposée dans un palais Renaissance vieux de  près de 500 ans, la Belge a organisé sa rétrospective éphémère à la Stazione Leopolda, un ancien bâtiment de la gare qui accueille régulièrement les invités de Pitti Uomo, par exemple Chanel quelques jours auparavant.

Pour expliquer ses choix, Ann Demeulemeester explique : « J’ai juste choisi en fonction de mon instinct ». Au final, ce sont 47 looks retraçant les 30 dernières années qui ont été retenues.

« Nous avons énormément d’archives. J’ai toujours beaucoup conservé : chaque saison, je mets de côté au moins une dizaine de silhouettes. Au fil des années, cela a fini par constituer une collection gigantesque, qui est désormais conservée à Milan. J’ai toujours pensé : si un jour je veux arrêter, ou si je deviens trop vieille pour créer, alors ces pièces seront en quelque sorte l’avenir de la marque. Quand vous voyez tous ces vêtements originaux ensemble, cela permet de comprendre mon travail. Un designer talentueux peut aussi puiser là-dedans et tracer sa propre voie. »

L’installation visible à la Stazione Leopolda débute en 1992, « avec la première silhouette de mon premier spectacle. » Un look constitué notamment d’un haut en plumes grises, porté par le mannequin Kirsten Owen à Paris à l’époque. Son pantalon n’était d’ailleurs pas complètement boutonné, le mannequin étant à ce moment-là enceinte, ce que personne ne savait alors.

Kirsten Owen défilé pour Ann Demeulemeester en 1992

« Le reste a suivi naturellement. J’ai travaillé de manière très intuitive : je veux ceci, et cela, et cela. J’avais apporté une dizaine de pièces supplémentaires avec moi, au cas où quelque chose ne fonctionnerait pas. Ce qui s’est révélé inutile au final. Je ne voulais pas asséner de grandes théories. Je me suis dit : si je peux aligner passé et avenir sur une même scène, et si les vêtements racontent tous ensemble une histoire, forment un tout, sans s’entrechoquer, alors je serai très heureuse. »

La scénographie est très simple : le podium blanc, les mannequins portant des vêtements principalement noirs, un peu de fumée artificielle et une bande-son composée par Ann Demeulemeester, avec des fragments des chansons qu’elle a utilisées pour ses défilés au fil des ans : Nico avec et sans le Velvet Underground, PJ Harvey, Suicide. Et Patti Smith. « La bande-son commence également par mon premier spectacle, un extrait de Wave : Hi. Hi. I was running after you for a long time. I, I was watching you from… Actually I’ve watched you for a long time. « J’ai choisi les pièces qui me tenaient le plus à cœur afin de dépeindre mon univers. Je voulais montrer beaucoup de choses sans me perdre dans quelque chose qui ne m’appartient pas. C’était très spontané. Je n’ai pas eu à faire quoi que ce soit de bizarre. Je voulais juste montrer les vêtements, pour une fois obliger les visiteurs à les regarder. »

La mode d’Ann Demeulemeester, comme on a pu le constater une fois de plus à Florence, est uniforme. Ce n’est pas seulement une mode, c’est une œuvre. Cohérente, réfractaire aux tendances, immédiatement reconnaissable et toujours d’actualité après trente ans.

Impossible de dater les silhouettes, l’ensemble forme une collection qui peut être facilement portée aujourd’hui encore. Son œuvre est restée pertinente. Les vêtements semblent intemporels, ou du moins pas d’hier. « Je n’aime pas le mot intemporel, a déclaré son partenaire Patrick Robyn, car il est souvent synonyme de médiocrité. »

Ann Demeulemeester ne conçoit plus de vêtements aujourd’hui. Elle a fait ses adieux en 2013, puis remplacée par Sébastien Meunier. En 2022, la société a été rachetée par l’entrepreneur de mode italien Claudio Antonioli et le studio a déménagé à Milan, où les collections sont conçues par une équipe interne. Elle qui s’était tenue éloignée de la mode depuis 2013, Ann Demeulemeester  a soudainement semblé s’impliquer à nouveau dans sa marque.

Sa fonction au sein de la marque Ann Demeulemeester n’est pas vraiment définie, mais elle est impliquée, par exemple, dans des projets spéciaux, comme un parfum, ou l’exposition à Florence, qui, en se concentrant sur l’héritage, devrait avoir pour effet de renforcer la marque pour l’avenir. Ainsi, son passé est aussi l’avenir de sa marque. En attendant, elle poursuit sa ligne de vaisselle et de mobilier, en collaboration avec la société belge Serax.

À terme, Antonioli pourrait vouloir nommer un successeur officiel à Ann Demeulemeester. Mais pour l’instant, cela reste un travail d’équipe. « Je laisse les designers de Milan faire leur travail », dit-elle, « je n’interviens pas. » Elle dit voir ses vêtements comme des enfants : « Ils sont grands maintenant, ils peuvent voler de leurs propres ailes. Je ne suis pas autorisé à intervenir maintenant, car cela signifierait tout recommencer, et j’ai décidé de ne pas le faire. J’ai toujours continué à évoluer. Je suis toujours en train d’évoluer. Je travaille maintenant dans d’autres domaines. Vous ne pouvez pas tout faire. On ne vit qu’une fois. Je suis une perfectionniste. Quand je commence quelque chose, je me donne à fond. J’ai décidé d’arrêter la mode pour me donner une chance de faire autre chose.

MENS SPRING 2008

Parmi tous ces looks, en a-t-elle un préféré, ou est-ce, comme le dit le cliché, comme avoir à choisir entre ses propres enfants ? « Je ne saurais pas dire », dit-elle.  « Je ne peux pas choisir une silhouette, car alors je suis triste pour toutes les autres. Il y a beaucoup de contraste dans mes créations et c’est ce qui fait l’identité Ann Demeulemeester, parfois très doux, parfois plus agressif. Ce féminin, ce masculin. Cette puissance, cette fragilité, l’émotion. Parfois, il y avait beaucoup de travail, parfois il n’y avait rien du tout. C’est ce mélange qui en fait ce qu’il est. Et c’est aussi pourquoi on ne peut pas en isoler une silhouette. »

« Votre histoire ne s’arrête jamais », s’est félicité un visiteur italien, l’un des nombreux fans et collègues qui faisaient la queue pour rencontrer celle qui avait été baptisée Queen Ann par le magazine professionnel WWD, à l’époque. Ann Demeulemeester de répondre :  « Eh bien, je passe à autre chose maintenant, je fais d’autres choses. »

Partner Content