La fausse fourrure est-elle vraiment une alternative raisonnable?

L'utilisation de la fourrure dans l'industrie de la mode a toujours soulevé un vrai débat. Pour les défenseurs des animaux, elle manque cruellement d'éthique, et pour les environnementalistes, la fausse fourrure - omniprésente dans nos garde-robes depuis la saison dernière - est une vraie source de pollution. Quelle est donc la meilleure solution ?

Shopping: 20 manteaux longs pour affronter l'hiver

Et si l'on profitait des soldes pour investir dans un manteau long, pièce indispensable du vestiaire hivernal. Classique, oversize, en fausse fourrure, classique, uni ou à carreaux, les modèles ne manquent pas pour trouver à s'envelopper dans une étoffe à son goût, et affronter les frimas - ou presque - de ce début d'année.

Shopping: 30 manteaux et vestes en fausse fourrure, pour se réchauffer en douceur

Il y a quelques jours, Jean Paul Gaultier annonçait qu'il abandonnait l'utilisation de la fourrure animale pour ses créations, rejoignant par la même la longuie liste des stylistes renonçant à cette matière luxueuse, par souci du bien-être animal, ou pour ménager leur image de marque. Parallèlement, ou corrélativement, cette saison, la fausse fourrure se taille une belle place dans le vestiaire féminin. Pour une chaleur sans douleur. Tour d'horizon des modèles.

Mode et fourrure: la fin d'une histoire d'amour?

Face à un public toujours plus sensible au bien-être animal, les grands noms de la mode, de Gucci à Versace, sont de plus en plus nombreux à abandonner la vraie fourrure, au grand dam de la filière qui dénonce des "opérations marketing".

La fourrure, en porter ou pas?

Synonymes de chaleur et de confort, mais aussi signes d'appartenance sociale, les visons, moutons retournés et autres peaux poilues se dotent à nouveau d'une aura mode. Et, entre matières naturelles, synthétiques ou récup', renouent avec les convictions éthiques.

Le retour polémique de la fourrure

La campagne de l'association Peta, "Plutôt à poil qu'en fourrure", a beau avoir contribué à rendre la fourrure politiquement incorrecte dans les années 1990, force est de constater qu'aujourd'hui les peaux animales ont encore et toujours la côte sur les podiums des grandes capitales de la mode, mais aussi dans les rues commerçantes et populaires.