Signe d'un assouplissement quasi irréversible des codes vestimentaires, l'enseigne américaine Brooks Brothers, incarnation du classicisme au masculin, a déposé le bilan.
...

Signe d'un assouplissement quasi irréversible des codes vestimentaires, l'enseigne américaine Brooks Brothers, incarnation du classicisme au masculin, a déposé le bilan.En télétravail, nous serions même de plus en plus nombreux à sauter du lit à l'ordi sans quitter le pyjama. Cette tendance, qui porte désormais un nom - dormcore -, ne date pourtant pas d'hier. On en oublierait presque que la veste de smoking, telle qu'on la connaît, descend du peignoir court en velours qu'enfilaient les élégants des années 20, une fois rentrés chez eux. Ces pièces du soir, régulièrement remises au goût... du jour par les créateurs, reviennent cycliquement sur les podiums, la dernière vague datant d'il y a six ans, chez Louis Vuitton, Dolce & Gabbana et d'autres. Les voilà donc de retour cette saison, et au moins jusqu'à l'hiver prochain - chez Fendi, les manteaux matelassés qu'on nous promet ont tout d'une robe de chambre -, le côté disruptif en moins, puisqu'il semble que le rebelle au sens fashion du terme soit désormais celui qui prendra la peine de sortir de sa zone de confort... En attendant toute reprise en "présentiel" plus ou moins flamboyante, la société japonaise Aoki Holdings a lancé des "costumes pyjamas" qui devraient vous permettre de donner le change lors de votre prochain Zoom. Que votre patron se rassure: une étude sérieuse publiée dans le Medical Journal of Australia vient de démontrer que télétravailler dans cet accoutrement n'avait pas d'impact négatif sur le productivité. Sur la détérioration de la santé mentale, en revanche, c'est une autre paire de manches.