Opinion

Fanny Bouvry

Genre(s): les codes ont changé

Fanny Bouvry Journaliste

C’est l’un des buzz de la rentrée mode – doublé d’un cocorico pour nous, petits Belges: notre Stromae national fait la cover du GQ de septembre. Dans le shooting qu’il a accordé au célèbre mensuel, le chanteur apparaît cheveux lâchés et jongle avec les références masculines et féminines sans complexes, alternant entre un costume oversized blanc orné d’une broche précieuse, une chemise en soie noire rehaussée d’un foulard soigneusement noué ou encore une longue jupe portée avec veston, cravate et fleur à la main.

Cette apparition sur papier glacé, qui entremêle les vestiaires des deux sexes pour faire la nique aux conventions, rappelle une fois de plus que dans les dressings, les codes ont changé.

Et ce n’est pas Brad Pitt, mâle viril s’il en est, qui nous contredira, lui qui en juillet affolait la Toile people en débarquant en jupe de lin et chemise vieux rose à l’avant-première berlinoise du film Bullet Train.

 Brad Pitt, mâle viril s’il en est, en juillet affolait la Toile people en débarquant en jupe de lin et chemise vieux rose à l’avant-première berlinoise du film Bullet Train.
Brad Pitt, en jupe de lin et chemise vieux rose à l’avant-première berlinoise du film Bullet Train.

La frontière entre les genres s’affiche décidément toujours plus poreuse. Et dans ce contexte, une question se pose à nous, magazine lifestyle: est-il encore pertinent de réaliser un numéro réservé à ces messieurs? A l’instar des défilés, de plus en plus nombreux, qui mélangent filles et garçons sur les podiums, ne devrait-on pas parler d’une mode où chacun.e choisit librement son chemin?

La réflexion est en marche.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content