Il a quitté le monde des musées, le Palais Galliera étant le tout dernier en date, après 114 expositions remarquables qu'il a dédiées à Madame Grès, Jeanne Lanvin, Azzedine Alaïa, Cristobal Balenciaga et Martin Margiela, joli tableau de chasse, il peut en être fier, il l'est d'ailleurs. Depuis, Olivier Saillard additionne les projets et les postes. Nommé directeur artistique, image et culture de la maison J.M. Weston en janvier dernier, il se réjouit de changer de paradigme. "Avant, quand j'étais au musée, on me reprochait de faire des expositions commerciales. J'ai décidé maintenant de faire de "l'étalagisme" culturel, avec cette idée de créer des boutiques-ateliers-musées où l'on peut venir acheter des chaussures et/ou visiter, j'aime renverser." Cet historien de la mode, auteur de Shopping Poems et autres ouvrages qui font référence, s'autorise l'inventivité pour signer également des performances, des instants de grâce, telle cette Moda Povera (lire ci-dessous) présentée lors de la semaine de la couture, en juillet dernier à Paris, mêlant le geste à la parole en quelques poèmes visuels qu'il est impossible d'oublier. Car en être humain nostalgique, Olivier Saillard chérit tout à la fois le vêtement pour lui-même et "cet abandon quand le corps n'est plus, qu'il conserve la griffe non pas de celui qui l'a fait mais de celui qui l'a porté". Entrez dans son monde.
...