Il a sur la peau un hâle léger qu'il doit au soleil du Venezuela. Le créateur belge a beau être plongé dans la finalisation de sa collection, qu'il présente à Paris en février prochain, il a conservé la sérénité propre à ceux qui ont pris le temps de marcher ailleurs. Cédric Charlier est un voyageur, et même un voyageur immobile. Quand il était enfant, ses parents s'inquiétaient qu'il passe ses mercredis après-midi allongé sur son lit, façon beau au bois dormant. "Ils étaient soucieux, ils ne trouvaient pas normal qu'un petit garçon de 6 ans soit dans cet état-là. Mais, en fait, je partais loin, je rêvais. Aujourd'hui encore, j'ai une facilité à me déconnecter. J'ai lu un jour que rêver, c'était regarder avec les yeux de l'âme. La rêverie fait partie de mon essence, comme une drogue douce, une sorte d'ivresse."
...