"Quand j'avais dix-huit ans, deux questions m'animaient: Qui suis-je vraiment ? Et: Que puis-je faire de ma vie ? Ces questions, j'en suis sûr, sont aussi les tiennes, comme celles des jeunes de ton âge", a commencé le Roi. "Ta génération en particulier a développé un sens aigu des enjeux sociétaux, climatiques et environnementaux. Vous aspirez à une société plus juste, plus équitable, plus solidaire. Vous êtes pleinement conscients que nos ressources naturelles ne sont pas illimitées. Vous savez que nos modes de vie devront évoluer. Cela vous rend critiques, mais aussi inventifs et créatifs."

Mathilde, une mère manifestement émue © Belga Images

"Ta maman et moi sommes très heureux de t'avoir pour fille", a encore déclaré le roi Philippe, regardant sa fille avec émotion. "Nous sommes fiers de toi et de la manière dont tu prends ta vie en main. N'aie pas peur d'avancer, de relever les défis", a-t-il ajouté. "Tu rayonnes, tu as tant de qualités, je suis sûr que cela apportera beaucoup de bonheur à tous ceux que tu rencontreras."

Chaque Roi ou Reine, avec sa personnalité propre, est appelé à mettre en valeur et à stimuler le meilleur en chacun. C'est cela être 'Roi des Belges'"

© Belga Images

Le souverain a également abordé la Belgique, "un pays qui trouve sa richesse et sa force dans sa diversité et dans son capital humain", et son rôle de Roi. "La monarchie est une institution avant tout humaine. Elle est au service des gens. Chaque Roi ou Reine, avec sa personnalité propre, est appelé à mettre en valeur et à stimuler le meilleur en chacun. C'est cela être 'Roi des Belges'". "Bon anniversaire, ma chère Elisabeth. Déploie tes ailes. Sois heureuse. C'est ce que je te souhaite de tout coeur, c'est ce que nous te souhaitons tous", a-t-il conclu en français, en néerlandais et en allemand.

. © Belga Images
. © Belga Images

Le Roi remettra plus tard à sa fille l'ordre de Léopold. "Il est aussi familial. Il symbolise tant la dignité de notre pays que celle de notre famille. Je souhaite que tu le voies comme un encouragement, comme une marque de confiance", lui a-t-il confié. Le discours a été suivi d'une prestation de l'école royale du ballet d'Anvers.