"Ma mère est une veuve de guerre. J'ai grandi en la voyant porter une tenue de deuil : veste noire et jupe longue, confiait Yohji Yamamoto à la presse française il y a quelque temps. Parfois, je m'endormais en la regardant coudre de dos et, quand je me réveillais, j'avais la même vue d'elle. Quand je fais des vêtements, je commence le dos, je trouve que c'est une partie charmante. " Non contente d'être sa muse, Fumi Yamamoto a incité son fils à étudier au prestigieux Bunka Fashion C...

"Ma mère est une veuve de guerre. J'ai grandi en la voyant porter une tenue de deuil : veste noire et jupe longue, confiait Yohji Yamamoto à la presse française il y a quelque temps. Parfois, je m'endormais en la regardant coudre de dos et, quand je me réveillais, j'avais la même vue d'elle. Quand je fais des vêtements, je commence le dos, je trouve que c'est une partie charmante. " Non contente d'être sa muse, Fumi Yamamoto a incité son fils à étudier au prestigieux Bunka Fashion College de Tokyo, dont sont issus les grands représentants de la mode japonaise, de Kenzo Takada à Junya Watanabe en passant par Tsumori Chisato. Par la suite, on ne peut plus présente, elle venait systématiquement à Paris assister aux défilés, allant jusqu'à préparer les repas de toute la troupe impliquée dans leur réalisation. Yves Saint Laurent et Christian Dior, eux aussi, n'ont jamais caché l'influence des auteures de leurs jours sur leur parcours. Elégantes et raffinées, évoluant dans les hautes sphères de la société, elles ne se limitèrent pas à leur transmettre une image sublimée de la féminité. Celle du premier lui inocula sa passion pour l'art, la seconde son amour des fleurs - elle fut l'initiatrice du magnifique jardin de la villa de Granville, près de la baie du Mont-Saint-Michel, aujourd'hui musée Dior. Mais il n'y a pas que parmi cette génération de couturiers que la figure maternelle a joué un rôle déterminant : après le décès de sa maman, Simon Porte Jacquemus, alors âgé de 19 ans, décida de fonder sa griffe et de lui donner son nom de jeune fille. Sa Croisière 2016 se vit carrément apposer son prénom, Valérie, et fut shootée dans la maison familiale du Lubéron. Quant à Stella McCartney, elle revendique avec fierté le végétarisme et le militantisme écolo de celle qui l'a mise au monde, également décédée prématurément, qui nourrissent aujourd'hui largement ses collections. Car il serait bien entendu caricatural de croire qu'une relation est nécessairement plus forte entre un parent et son enfant s'ils sont de sexes opposés. A fortiori que les filles et leurs mères s'inscrivent par nature dans un rapport conflictuel, demandez à la chef étoilée Stéphanie Thunus ou à l'humoriste Virginie Hocq, notamment. C'est à ces femmes de l'ombre, aimantes et encourageantes, que nous avons donné la parole.