Depuis hier, des femmes répondent à Yann Moix suite à ses propos dans Marie-Claire. Lundi soir sur RTL, il a expliqué souffrir d'une sorte de "névrose". "Je ne vis pas ça comme une fierté, mais presque comme une malédiction. On n'est pas responsable de ses goûts, de ses penchants, de ses inclinations", se justifie-t-il.

Certains lui répondront qu'on est responsable de ses propos. Mais il n'entend pas s'excuser, jugeant les critiques qui ont fait suite à ses propos du niveau "cour de récré". "J'aime qui je veux et je n'ai pas à répondre au tribunal du bon goût, qui pour moi est une absence totale de goût", assure-t-il. Et il jure ne pas réduire les femmes à leur physique.

Il est également revenu sur ses névroses, assurant trouver la rupture "plus grave" que la mort. "Quand quelqu'un meurt dans mes proches, je suis moins triste que quand je me fais quitter. Quand quelqu'un meurt, c'est irrémédiable, plus personne n'a accès à cette personne. Quand quelqu'un vous quitte, tout le monde y a encore accès, sauf vous."

Yann Moix vient de sortir un livre baptisé Rompre et voit ses ventes décoller depuis la création de cette polémique.