Tout sur Antoine Calvino

De mémoire de fêtards, c'est du jamais vu depuis les années 90. Il aura fallu une épidémie, la fermeture des clubs et une relative permissivité des autorités pour que Paris devienne en un été un sanctuaire de la "free party", ces fêtes techno clandestines.