Tout sur Cahors

On a beau dire que l'amateur de vin belge n'est pas buveur d'étiquettes, certains préjugés ont la peau dure. Du coup, une série d'appellations françaises qui valent pourtant le détour se voient rangées dans le terroir du dessous. Il est grand temps d'en faire sortir trois d'entre elles du purgatoire viticole. On poursuit avec le Cahors.

Un magnum (bouteille d'un litre et demi) d'un vin de Cahors (sud-ouest de la France) de 2008 a été vendu jeudi soir à Pékin un million de yuans, soit 110.000 euros, a-t-on appris auprès du directeur du vignoble, propriété du Prince Henrik du Danemark.