Tout sur Carlo Capasa

Le virtuel l'a emporté mardi au deuxième jour de la Semaine de la mode de Milan, avec Emporio Armani et Prada, qui à l'image d'un secteur chahuté par la pandémie parient désormais sur le numérique pour repenser la mode et tenter de sortir de la crise.

Après Londres et Paris, Milan donne mardi le coup d'envoi de sa première Semaine de la mode virtuelle, coronavirus oblige, avec néanmoins deux rendez-vous en chair et en os dont le poids-lourd Dolce & Gabbana.

Une soixantaine d'événements, défilés ou présentations, et 3.000 collections de vêtements ou d'accesoires sont au programme de la fashion week homme milanaise qui prend vendredi le relais de sa soeur londonienne et de son cousin, le Pitti Uomo, qui s'achève à Florence.

Après New York et Londres, les projecteurs se braquent mercredi sur les podiums milanais, où institutions politiques et industrie de la mode font jouer les synergies pour tenter de rendre la capitale lombarde et sa "Fashion Week" incontournables.