Tout sur Cuba

Épicé, délicat et légèrement sucré, la marque de spiritueux la plus primée au monde revient avec un tout nouveau rhum, le Bacardi Anejo Cuatro. Mûri en fût pendant quatre ans pour fournir un breuvage de qualité supérieure, c'est sous le soleil des Caraibes de ses origines que ce rhum a développé jour après jour, pendant quatre années, ses parfums. Rencontre avec ses ambassadeurs à Londres.

Le créateur new-yorkais célèbre les 20 ans de sa griffe avec Rouge, une eau de parfum vibrante, couleur passion. L'occasion de parcourir avec lui son album de souvenirs. Bienvenue dans son univers.

En dépit des destructions causées par l'ouragan Irma début septembre et des avertissements lancés par l'administration de Donald Trump aux voyageurs américains, le tourisme continue de prospérer à Cuba, avec un nouveau record en ligne de mire pour 2017.

Dans sa robe en dentelles aux tons ocres, juchée sur ses escarpins argentés, Caroline Salinas s'évente avec langueur tandis que les musiciens jouent du "danzon", le genre musical qui rythme la danse nationale de Cuba.

Symbole des années de crise ensuite répudié, la bicyclette revient peu à peu à la mode à Cuba, sous l'impulsion des touristes et d'usagers souvent découragés par l'incurie des transports en commun.

TUI Belgique a décidé de suspendre jusqu'au 24 septembre au moins ses voyages à destination de Cuba en raison des dégâts occasionnés par l'ouragan Irma, a-t-il annoncé mercredi. "Selon les dernières informations dont nous disposons, des réparations sont nécessaires dans la plupart des hôtels", a justifié le tour-opérateur.

Les voyageurs belges de TUI présents à Cuba sont tous en sécurité, mais le tour-opérateur éprouve des difficultés à entrer en contact avec ces touristes pour leur transmettre des informations, a indiqué le porte-parole Piet Demeyere. "Les autorités cubaines sont en charge de toute l'opération, ce qui rend l'accès aux informations compliqué. Nous sommes dès lors en contact avec le consulat et les Affaires étrangères."

D'un bout à l'autre de Cuba, chaque habitant sait qu'il y aura toujours quelque chose sur la table grâce à sa "libreta", carnet d'approvisionnement et emblème de l'égalitarisme communiste que Raul Castro a voulu supprimer avant de se raviser.