Tout sur paris fashion week

Dieu est dans les détails, surtout en mode. Quel créateur n'a pas rêvé de signer un it-bag qui marque l'histoire de l'accessoire et de sa maison par la même occasion ? De la japonaise Chitose Abe pour sa marque Sacai à Christine Phung pour Leonard, en passant par Nadège Vanhee-Cybulksi pour Hermès.

La maison de la rue Cambon a laissé la démesure aux autres pour inventer un salon éphémère, très couture, où tout le monde siège au premier rang. Histoire de mieux goûter encore le savoir-faire et l'inventivité de Karl Lagerfeld et consorts.

A la fin, tout s'emballe. Ce qui avait commencé en douceur, version printemps léger, lingerie, coton frais et belles des champs se termine dans le noir, avec poussée de fièvre adolescente - d'Hedi Slimane pour Saint Laurent à Nicolas Ghesquière pour Louis Vuitton. Ce qui n'empêche pas Chanel de préférer donner vie à ses rêves d'envol printanier.