Tout sur Pékin

Cette année non plus la Chine ne pourra pas fêter normalement son Nouvel An. Si la pandémie a gâché la fête, rien n'empêche de sortir les flonflons à la maison. Par exemple, en parcourant son horoscope chinois ou en préparant de bons petits plats... chinois !

Rouge écarlate: criblé de dettes, le conglomérat chinois HNA, géant du tourisme et de l'aviation plombé par la pandémie, a annoncé vendredi son placement en procédure de faillite, au moment où Pékin serre la vis au secteur privé.

Art martial vieux de plusieurs siècles, le tai-chi était à l'origine pensé pour le champ de bataille. Il est désormais principalement perçu comme une forme d'exercice physique ou de gymnastique douce.

C'est l'appli préférée des ados. TikTok. Deux syllabes qui claquent et font danser les jeunes du monde entier. L'année qui vient de s'écouler, plus que jamais, elle s'est imposée comme la référence en matière de socialisation virtuelle, au point d'attirer l'attention des marques et personnalités politiques.

Fini les banquets somptueux et les plats innombrables: les Chinois, réputés pour leur gastronomie et leur bon appétit, vont devoir se mettre à l'austérité culinaire, conformément à un ordre du président Xi Jinping contre le gaspillage alimentaire.

Le coronavirus, qui a déjà fait 259 morts, rappelle aux Chinois le douloureux souvenir de l'épidémie de Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère), qui avait entraîné le décès d'environ 650 personnes dans le pays (y compris Hong Kong) en 2002-2003. Mais la société chinoise n'est plus tout à fait la même. Elle voyage beaucoup plus qu'il y a 18 ans...

Les Affaires étrangères belges ont adapté vendredi leur avis de voyage vers la Chine et déconseillent "momentanément" les voyages non essentiels vers la province du Hubei. Cette décision fait suite à l'épidémie d'un nouveau virus, apparu sur un marché de Wuhan, capitale de la province du Hubei, qui a fait 26 morts et contaminé plus de 800 personnes.