Tout sur psychologie

Dans un lointain passé, nous avions besoin de notre nez pour survivre. Mais depuis que nous ne chassons plus pour manger, nous nous fions surtout à nos yeux et nos oreilles. Avec le coronavirus, et la perte d'odorat qu'il peut provoquer, nous nous rendons à nouveau compte que les odeurs jouent, dans nos vies, un rôle plus grand que nous le pensions.

Si le premier confinement avait suscité son lot de nouveautés, la deuxième vague de coronavirus se révèle particulièrement épuisante pour notre moral. Anxiété, déprime et profonde lassitude touchent désormais la majorité des Belges. La santé mentale semble bien la perdante oubliée de cette année.

Selon les dernières découvertes en neurosciences, la dopamine et l'ocytocine sont les deux hormones nécessaires pour déclencher un sentiment amoureux. Mais pourquoi serait-on plus attiré par une personne plutôt qu'une autre ? D'après une nouvelle étude, il semblerait que nous soyons plus enclins à être attirés physiquement par les individus de même taille que nous.

Avec les communications électroniques, nos chances d'être rejetés ont consiérablement augmenté. Réseaux sociaux, sites de rencontres, autant de vitrines supplémentaires où l'on peut se faire exclure par des milliers de personnes. Mais pourquoi avons nous si peur du rejet?