Tout sur Tim Van Steenbergen

A l'écart des codes établis, retrouver ce qui se fait de mieux en matière de mode belge. Un parti pris résolument nineties, où tartan, cuir et denim tirent leur épingle du jeu.

L'exposition " The Belgians, an Unexpected Fashion Story ", c'est à dire " Les Belges, une histoire de mode inattendue ", ouvre ses portes aujourd'hui au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (Bozar). L'occasion de faire le point sur la mode belge, la plus belle de nos cartes de visite à l'étranger.

Le designer anversois Tim Van Steenbergen signe les costumes des Passions humaines, mis en scène par Guy Cassiers, grand complice devant l'éternel depuis presque dix ans maintenant.

Les Belges sont montés à Paris. Avec, dans leur vestiaire, le talent et la singularité. Car quand nos créateurs dessinent la mode, ils forcent le respect. Et l'admiration.

Comme Elton John, Bill Gates et Robin Williams, c'est au tour de George Michael d'être séduit par les lunettes de la marque belge Theo conçue par son créateur maison Tim Van Steenbergen.

Ça n'a rien à voir avec du chauvinisme primaire. Ni avec un certain nationalisme nauséabond. Mais ce que les créateurs belges montrent à Paris vaut vraiment le détour.

Habiller les chanteurs et les danseurs de l'opéra Der Ring des Nibelungen de Wagner sur la scène de la Scala, quel défi. Tim Van Steenbergen, jeune créateur belge, s'est jeté à l'eau. Avec brio. Récit.

En plein coeur de la Fashion Week parisienne, le pari des Belges pour l'automne-hiver 09-10. Balade en coulisses, dans les showrooms, et itinéraire coup de coeur.

Un lundi de décembre 2008, dans la Stone Gallery by Brachot-Hermant, à Deinze. De la poussière, comme un halo. L'été n'est encore qu'une vague promesse. Tim Van Steenbergen, créateur, met en scène sa carte blanche pour Weekend.