Tout sur Tom Ford

S'extraire d'une situation kafkaïenne, trouver satisfaction dans des plaisirs juvéniles et des looks empreints de touches street et de sportswear.

La semaine de la mode new-yorkaise s'est clôturée mercredi soir, laissant les fashionistas mettre le cap sur Londres. Mannequins rondes ou transgenres, seins nus, retour du fluo ou volants: la capitale américaine a beau traverser une crise d'identité, elle reste un lieu d'effervescence pour une industrie en pleine mutation. Voici quelques tendances-clé de la semaine.

New York a ouvert mercredi le bal des semaines de la mode d'automne, avec le défilé très années 90 du designer américain Tom Ford, qui cherche, comme ses rivaux, à séduire le jeune public.

Révélatrice d'un mouvement amorcé plus tôt, la dernière Fashion Week américaine a vu s'opérer un glissement de la côte est vers la Californie. De là à affirmer que la Cité des anges, plus libertaire que New York, est en passe de détrôner sa rivale dans la course fashion, il y a un pas...

La Fashion Week de Londres, qui s'ouvre vendredi sur des shows de Burberry, J.W. Anderson et Topshop Unique, cherche à chasser le Brexit blues, même si les ventes dynamiques de l'été ont rassuré le secteur pour l'instant.

Il y a ceux qui s'affichent en total look. Et puis, ceux qui préfèrent faire profil bas. Quel que soit leur coefficient mode personnel, les directeurs artistiques sont de plus en plus nombreux à porter en public des vêtements de leur griffe. Si possible reconnaissables. Une manière comme une autre de se faire (bien) voir.

Lorsqu'un créateur de mode joue les costumiers, il est plutôt rare qu'il ait à fournir plusieurs exemplaires d'une même tenue. À moins, bien sûr, qu'il ne s'agisse d'habiller l'espion le plus remuant de Sa Majesté.