Tout sur Véronique Leroy

Nous avons donné carte blanche à cinq créateurs belges pour upcycler une pièce de leurs collections. Autrement dit, lui offrir une nouvelle vie, par-delà les saisons.

A l'écart des codes établis, retrouver ce qui se fait de mieux en matière de mode belge. Un parti pris résolument nineties, où tartan, cuir et denim tirent leur épingle du jeu.

Tantôt, il est ras et dense, presque brillant, comme chez Giorgio Armani ou Véronique Leroy. Tantôt il prend des allures rétro et tradi, quand il se pare de grosses côtes, à la manière des silhouettes repérées chez Lacoste, Paul & Jo ou Prada. Le velours ne cesse décidément de conquérir les coeurs. Une matière qui trouve grâce sur tous les looks, qu'il s'agisse d'une robe, d'une veste ou d'un pantalon. Sans oublier les accessoires : chapeaux, sacs et chaussures succombent aussi à la tentation !

Ne cherchez pas de fil rouge - ni noir ni jaune - dans les collections des créateurs belges. A leur manière, ils écrivent chacun leur singulière histoire. Un seul dénominateur commun, le talent doublé de rigueur.

Un décor à la Hockney, de profonds aplats de couleurs, une jolie palette de griffes belges et de looks imaginés par des créateurs ayant étudié dans une école de mode du pays. Le tableau de la nouvelle saison s'annonce aussi vibrant que passionnant.

Il suffit parfois d'une simple rencontre pour que naisse une collaboration plus que parfaite qui a posteriori revêt les atours de l'évidence flagrante. Un rendez-vous qui se matérialise entre Véronique Leroy et Eres et la voilà qui dessine la première collection croisière de la maison - comment se fait-il que personne n'y ait songé plus tôt ?

Les maisons de mode ont dévoilé leurs nouvelles collections, à grand renfort de shows, de messages, de combat féministe, de première fois, de fleurs, de plissés et de monochrome. Tout ce qui nous fera aimer le printemps-été 2017.

Quand les Belges défilent à Paris et montrent ce dont ils sont capables en version printemps-été, la mode prend des allures de tableaux vivants. La preuve en images.

Les Belges sont montés à Paris. Avec, dans leur vestiaire, le talent et la singularité. Car quand nos créateurs dessinent la mode, ils forcent le respect. Et l'admiration.

La mode peut parfois être l'occasion rêvée de dresser un petit bilan sociologique d'une réunion de famille où les femmes toutes générations confondues dérapent légèrement. Véronique Leroy frappe fort.

La mode peut parfois être l'occasion rêvée de dresser un petit bilan sociologique d'une réunion de famille où les femmes toutes générations confondues dérapent légèrement. Véronique Leroy frappe fort.

Ça n'a rien à voir avec du chauvinisme primaire. Ni avec un certain nationalisme nauséabond. Mais ce que les créateurs belges montrent à Paris vaut vraiment le détour.