Une capitale en fête

Durant les douze prochains mois, La Valette partagera - avec la ville néerlandaise de Leeuwarden - le statut de Capitale européenne de la culture, comme ce fut le cas pour Mons en 2015. Festivals de musique, expositions (notamment) consacrées à Picasso et Miro, concours de feux d'artifices (une spécialité locale)... Tout au long de l'année, plus de 400 événements seront organisés dans tout l'archipel (*).

Une image à redorer

Les célébrations pourraient drainer, selon les autorités maltaises, plus de 2 millions de touristes. Avec des retombées positives qui devraient perdurer bien au-delà de ce coup de projecteur. Et effacer du même coup, espère-t-on sur place, l'image désastreuse qu'a valu au pays l'assassinat récent de la journaliste Daphne Caruana Galizia, connue pour ses inlassables dénonciations de la corruption au sommet du pouvoir...

Un soleil roi

Cet état insulaire est l'un des plus petits pays du globe (316 km2). Posé en Méditerranée, au sud de la Sicile, il revendique 300 jours de soleil par an. Huit îles, dont quatre habitées, forment cet archipel baigné par les influences britanniques - on y roule à gauche et tout le monde parle anglais - et italiennes. Elles égrènent des plages de rêve à perte de vue, des paysages spectaculaires, mais aussi des cités médiévales et de nombreux sites archéologiques remarquables comme l'hypogée de Hal Saflieni - un complexe souterrain taillé dans la pierre - ou les temples de Hagar Qim et de Ggantija, tous inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco.

Des charmes fous

L'incontournable La Valette est un trésor. Ville fortifiée protégeant un entrelacs de ruelles parfois secrètes où il fait bon flâner, elle distille un mélange de charme mystérieux et d'ambiance branchée. Certains de ses monuments n'ont pas grand-chose à envier aux fleurons de la Renaissance italienne, comme la cathédrale Saint-Jean construite au xvie siècle par les chevaliers de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, dits Chevaliers de Malte ou Hospitaliers.

Un nid de cités fortifiées

A quelques kilomètres à peine, dans la petite ville de Mosta, la Rotonde de Sainte-Marie supporte l'un des plus grands dômes du monde, connu pour avoir été transpercé par un obus pendant la Seconde Guerre mondiale. Lequel n'a, heureusement, pas explosé. On pousse la promenade jusqu'aux somptueux jardins de l'Upper Barrakka, longtemps réservés au plaisir des chevaliers avant de devenir publics au xixe siècle. Ils offrent un panorama saisissant sur la ville, son port - le Grand Harbour, avec ses étonnantes criques naturelles -, la mer et les Trois Cités d'en face : Senglea, Vittoriosa et Cospicua. On n'hésitera d'ailleurs pas emprunter un bateau-taxi pour aller visiter ce magnifique trio de villes fortifiées.

Une ambiance unique

Mais pas question de quitter la capitale de ce micro-Etat sans goûter à l'atmosphère du quartier de Paceville, à San Giljan, 10 km au nord - on s'y rend facilement en bus ou en taxi. L'une des plus surprenantes concentrations de bars, pubs et boîtes de nuit, où l'on passe d'une terrasse à l'autre avant d'aller danser jusqu'au bout de la nuit. C'est à la fois festif et bon enfant. Ceux qui veulent se donner bonne conscience avant de s'encanailler peuvent s'offrir un concert au Teatru Manoel, l'un des plus anciens théâtres d'Europe.

Des îles d'art et de plongée

Restent les autres îles. Celle de Gozo, à portée de ferry, cumule les monuments remarquables et une nature quasi sauvage. C'est là qu'on trouve certaines des plus belles plages de l'archipel. Là aussi que les amateurs dénicheront d'épatants objets artisanaux à ramener chez eux. Entre Malte et Gozo, l'îlot de Comino mesure à peine 3 km2. Avec son fameux lagon bleu, il offre à la fois de remarquables spots de plongée et des points de vue superbes sur les deux îles principales qui l'entourent. Mais tout ceci n'est encore qu'un aperçu de tout ce qu'il y a à voir et à faire à Malte. Qui remporte, haut la main, le trophée du meilleur rapport intérêt/superficie.

(*) Toutes les infos et le programme complet sur www.visitmalta.com/fr/european-capital-of-culture-2018