Des dizaines de clients de l'établissement huppé situé dans la station de ski de Yabuli (nord-est) ont commencé à être atteints de vomissements et de diarrhées la semaine dernière, en pleines vacances du Nouvel an lunaire.

"Nous faisons part de nos regrets", a indiqué le Club Med dans un communiqué publié mardi sur le réseau social chinois Weibo, disant prendre l'affaire "très au sérieux".

L'infection est due à un "norovirus", précise l'entreprise après avoir reçu le résultat d'analyses. Ce virus relativement courant est responsable de la plupart des cas de diarrhées et de gastro-entérites dans les zones développées. "Nous prévoyons d'offrir à tous les clients qui ont été touchés par le virus une indemnisation équivalente à trois fois le prix qu'ils ont dépensé", ajoute le Club Med dans son communiqué.

L'établissement fait actuellement l'objet d'une opération de désinfection générale, selon l'entreprise. Les clients restés dans l'hôtel ont le choix de partir -- contre indemnisation -- ou de poursuivre leur séjour.

Les éventuels frais médicaux liés à une contamination par le norovirus seront remboursés, assure le Club Med. L'origine de l'infection au sein de l'hôtel n'a pas encore été identifiée.

Selon un précédent communiqué de l'entreprise, 42 personnes ont fait état de symptômes anormaux, dont huit sont passées en consultation chez un médecin, mais "aucune n'a été hospitalisée".

Sur les réseaux sociaux chinois, des personnes se présentant comme de récents clients de l'établissement saluent les indemnisations. Mais beaucoup se plaignent cependant du "manque de réactivité" du Club Med ou de sa "sous-estimation" du nombre de malades.

Le quotidien officiel anglophone China Daily cite ainsi mercredi des touristes faisant état de "plus de 200" personnes touchées au sein de l'hôtel.

Club Med, pionnier des villages-clubs, est devenu en 2015 la propriété à 100% du conglomérat chinois Fosun. Depuis, la Chine est devenue son deuxième marché après la France, avec six "resorts" en activité et quatre autres en projet, qui se concrétiseront d'ici fin 2020.