La boutique Mars Tapes propose un millier de cassettes, des Walkman vintage, des "boom box" et d'autres accessoires liés aux cassettes audio dans un tout petit espace de vente.

Les tubes de stars passées et actuelles, comme Elvis Presley, Florence and the Machine et Lewis Capaldi remplissent ses étagères, tandis qu'en fond sonore, la musique replonge les clients dans le passé.

Cette boutique unique en son genre a été créée en 2019 par un petit groupe de passionnés de musique.

Borja Regueira, ingénieur du son espagnol de 28 ans, et sa petite amie Moira Lorenzo, 27 ans, avaient initialement proposé de créer un magasin vendant uniquement des cassettes.

Belga
© Belga

L'Italien Giorgio Carbone, 30 ans et le journaliste et musicien Alex Tadros, 28 ans, se sont ralliés à l'idée et ont fusionné le magasin avec leur label, Sour Grapes, qui produit des artistes locaux.

- Nostalgie -

La boutique surfe sur un regain d'intérêt pour les objets de consommation fleurant bon le passé pendant la pandémie de coronavirus.

Les longs confinements ont été propices à un retour vers la lecture, les classiques du cinéma voire les anciennes séries télévisées cultes, autant de façons réconfortantes de tromper l'ennui.

Belga
© Belga

Au Royaume-uni, les ventes de vinyles, qui ont précédé historiquement les cassettes, ont atteint l'an dernier un sommet inédit depuis les années 1990.

Des stars comme Lady Gaga, Dua Lipa et Selena Gomez ont récemment sorti des cassettes, et les ventes totales de cassettes au Royaume-Uni ont atteint environ 157.000 en 2020 - le chiffre le plus élevé depuis 2003.

Les cassettes ont été conçues au début des années 1960 par le Néerlandais Lou Ottens (mort en mars dernier), alors ingénieur chez Philips puis produites en masse dans le monde entier.

Mais l'explosion des ventes de CD dans les années 1980 et 1990 a sonné le glas de cet apogée, au grand regret de leurs fans.

Belga
© Belga

Mark Williams, un client de 38 ans, explique que c'est "la nostalgie plus que tout" qui l'amène. "Je suis un enfant des années 80 et 90, j'ai grandi avec des cassettes", raconte-t-il. Il aime le côté "tangible" des cassettes: "C'est quelque chose que l'on possède physiquement, pas seulement des données téléchargées", décrit-il à l'AFP.

- Démarche engagée -

Mais l'essor de la consommation de cassettes ne se limite pas à une génération de trentenaires ou de quadragénaires désireuse de replonger dans son adolescence.

Belga
© Belga

Les plus jeunes apprécient de savourer la musique plutôt que de sauter d'un titre à l'autre en ligne.

"C'est un truc que nous avons oublié, d'apprécier ce que nous avons et d'écouter quelque chose plus d'une fois", avance Giorgio.

Belga
© Belga

Jane Fielding, aide-soignante de 22 ans, écoute occasionnellement des cassettes sur son baladeur, disant apprécier la "simplicité" de cette pratique: "il n'y a pas de distractions, pas de notifications sur mon téléphone".

La plupart des cassettes, moins chères et plus faciles à produire que les vinyles, ne coûtent pas plus de 10 livres (12 euros), les prix atteignant 50 livres pour certaines éditions limitées.

Belga
© Belga

Mars Tapes se fournit sur des sites web comme eBay, des maisons de disques comme Universal, ou profite de dons individuels, tandis que la maison de disques soutient les groupes indépendants locaux.

Pour Giorgio, les cassettes sont "le moyen le plus abordable de faire des albums et d'aider les groupes".

Pour les clients, acheter une cassette est un acte engagé: aider les artistes indépendants à gagner leur vie plutôt que d'enrichir les géants du streaming qui représentent 80% de la consommation de musique au Royaume-Uni en 2020.

Face à ces services comme Spotify ou Apple Music, les cassettes resteront un marché "de niche", reconnaît Giorgio Carbone mais il estime que la demande restera stable. "Le son des cassettes est tout simplement différent", souligne-t-il.

John Yates, un gérant de magasin de 45 ans qui explore sa boutique, approuve: "Cela sonne mieux sur des cassettes, très différent de la radio".

Belga
© Belga
La boutique Mars Tapes propose un millier de cassettes, des Walkman vintage, des "boom box" et d'autres accessoires liés aux cassettes audio dans un tout petit espace de vente. Les tubes de stars passées et actuelles, comme Elvis Presley, Florence and the Machine et Lewis Capaldi remplissent ses étagères, tandis qu'en fond sonore, la musique replonge les clients dans le passé. Cette boutique unique en son genre a été créée en 2019 par un petit groupe de passionnés de musique.Borja Regueira, ingénieur du son espagnol de 28 ans, et sa petite amie Moira Lorenzo, 27 ans, avaient initialement proposé de créer un magasin vendant uniquement des cassettes.L'Italien Giorgio Carbone, 30 ans et le journaliste et musicien Alex Tadros, 28 ans, se sont ralliés à l'idée et ont fusionné le magasin avec leur label, Sour Grapes, qui produit des artistes locaux.La boutique surfe sur un regain d'intérêt pour les objets de consommation fleurant bon le passé pendant la pandémie de coronavirus. Les longs confinements ont été propices à un retour vers la lecture, les classiques du cinéma voire les anciennes séries télévisées cultes, autant de façons réconfortantes de tromper l'ennui.Au Royaume-uni, les ventes de vinyles, qui ont précédé historiquement les cassettes, ont atteint l'an dernier un sommet inédit depuis les années 1990.Des stars comme Lady Gaga, Dua Lipa et Selena Gomez ont récemment sorti des cassettes, et les ventes totales de cassettes au Royaume-Uni ont atteint environ 157.000 en 2020 - le chiffre le plus élevé depuis 2003.Les cassettes ont été conçues au début des années 1960 par le Néerlandais Lou Ottens (mort en mars dernier), alors ingénieur chez Philips puis produites en masse dans le monde entier. Mais l'explosion des ventes de CD dans les années 1980 et 1990 a sonné le glas de cet apogée, au grand regret de leurs fans. Mark Williams, un client de 38 ans, explique que c'est "la nostalgie plus que tout" qui l'amène. "Je suis un enfant des années 80 et 90, j'ai grandi avec des cassettes", raconte-t-il. Il aime le côté "tangible" des cassettes: "C'est quelque chose que l'on possède physiquement, pas seulement des données téléchargées", décrit-il à l'AFP. Mais l'essor de la consommation de cassettes ne se limite pas à une génération de trentenaires ou de quadragénaires désireuse de replonger dans son adolescence.Les plus jeunes apprécient de savourer la musique plutôt que de sauter d'un titre à l'autre en ligne. "C'est un truc que nous avons oublié, d'apprécier ce que nous avons et d'écouter quelque chose plus d'une fois", avance Giorgio.Jane Fielding, aide-soignante de 22 ans, écoute occasionnellement des cassettes sur son baladeur, disant apprécier la "simplicité" de cette pratique: "il n'y a pas de distractions, pas de notifications sur mon téléphone". La plupart des cassettes, moins chères et plus faciles à produire que les vinyles, ne coûtent pas plus de 10 livres (12 euros), les prix atteignant 50 livres pour certaines éditions limitées. Mars Tapes se fournit sur des sites web comme eBay, des maisons de disques comme Universal, ou profite de dons individuels, tandis que la maison de disques soutient les groupes indépendants locaux. Pour Giorgio, les cassettes sont "le moyen le plus abordable de faire des albums et d'aider les groupes". Pour les clients, acheter une cassette est un acte engagé: aider les artistes indépendants à gagner leur vie plutôt que d'enrichir les géants du streaming qui représentent 80% de la consommation de musique au Royaume-Uni en 2020. Face à ces services comme Spotify ou Apple Music, les cassettes resteront un marché "de niche", reconnaît Giorgio Carbone mais il estime que la demande restera stable. "Le son des cassettes est tout simplement différent", souligne-t-il.John Yates, un gérant de magasin de 45 ans qui explore sa boutique, approuve: "Cela sonne mieux sur des cassettes, très différent de la radio".