...

Laisser derrière soi l'effervescence urbaine en même temps que celle du monde moderne et se tourner vers un tout autre luxe, celui du dépouillement, favorise la légèreté intérieure. Mais Port-Cros ne s'en contente pas. Ici, la magie opère partout où le regard se pose. À 10 miles du continent, elle est la plus petite mais également la plus sauvage des îles d'Or. Cet incroyable sanctuaire naturel fait partie, depuis 1963, du parc national de Port-Cros, le premier parc marin en Europe, qui recouvre 700 hectares de terres émergées pour 1?288 hectares de surfaces marines. Depuis le port frangé de palmiers, on flâne dans le petit village, pittoresque à souhait avec sa belle église, ses maisons de pêcheurs, ses villas au charme désuet. Une poignée de restaurants et une épicerie assurent le ravitaillement. Derrière ce décor humain, trois sentiers balisés -soit 30 kilomètres de randonnée, s'invitent dans un temple végétal aussi dense qu'accueillant.La découverte des lieux n'est possible qu'à pied. Il est donc important d'être bien chaussé et de penser à s'hydrater. L'un des sentiers, le circuit de Port Man, mène à l'intérieur de l'île en grimpant à travers les collines et dessert cinq forts. Il faut toute une journée pour le parcourir dans sa totalité. Ces cinq édifices servaient de vigie et témoignent de la vocation défensive de Port-Cros. Le plus ancien est le fort du Moulin, celui qui surplombe et veille sur le village. Il n'est pas ouvert à la visite, tout comme ceux de la Vigie et de Port Man. Le fort de l'Estissac, situé à l'extrémité nord-ouest de l'île, a été construit en 1635 sous Richelieu. Cela fait maintenant un moment qu'il a jeté les armes, laissant aux villes côtières ce vieil adage: " Le bonheur est une bataille de chaque instant. " Il offre désormais un incroyable panorama sur la rade d'Hyères depuis la terrasse de sa tour crénelée. À l'intérieur de ses murs fortifiés, il accueille également toutes sortes d'expositions en saison estivale.L'autre sentier, le circuit des Crêtes, révèle la richesse et la luxuriance de la flore environnante?: pins, chênes, arbousiers, myrtes, oliviers sauvages... un cocktail d'espèces et d'essences végétales se dévoile sur ce petit bout du massif des Maures. On rejoint ainsi la plage du Sud, très convoitée en saison pour la blancheur de son sable. Elle est de plus bien abritée par vent d'est. On monte ensuite en pente raide jusqu'au mont Vinaigre, point culminant de l'île. Là, on se laisse prendre par la beauté de l'instant, le regard plongé sur la côte sud, l'îlot de la Gabinière et les îles voisines de Porquerolles et du Levant. En prenant cette fois par le port, derrière le fort, le sentier pénètre le maquis et ouvre, ici et là, de magnifiques fenêtres sur la Méditerranée, tout habillée d'une singulière pureté. À chaque pas se révèle un univers subtil de fragrances. Les sens apprivoisent l'infinie beauté qui émane de l'île. Cette petite marche de 30 minutes mène jusqu'à la plage de la Palud. À travers un rideau de pins maritimes, puis de tamaris et de roseaux, se dévoile l'intimité d'une langue de sable blond léchée par des eaux cristallines dont le bleuté se fond, à l'horizon, avec la voûte azurée. Là, c'est une randonnée palmée qui s'offre au promeneur curieux d'explorer le premier sentier sous-marin aménagé en Méditerranée. Muni d'un masque et d'un tuba, en accès libre, il expérimente l'étonnante et foisonnante vie sous-marine qui peuple les eaux protégées de Port-Cros : posidonies, grandes nacres, poulpes, rougets, argonautes, cigales de mer ou encore mérous...Devant cette surprenante diversité d'espèces - dont certaines sont encore menacées?-, on comprend tout l'intérêt de préserver cet incroyable patrimoine naturel. Il faut compter en général une quarantaine de minutes pour faire le tour de ce parcours ponctué de bouées équipées de panneaux explicatifs immergés. Une autre possibilité de découvrir ces fonds marins est proposée aux plongeurs confirmés : l'exploration du rocher de la Gabinière est propice à des rencontres sous-marines exceptionnelles. Tout est là, cette infinie richesse... Il n'y a qu'à observer et puiser dans la simplicité et la somptuosité de l'instant présent.TEXTE : SANDRINE MOIRENC PHOTOS : EMMANUEL BOITIERExtrait du Hors Série Weekend Spécial Provence