D'un cinquième à un quart la semaine dernière, la proportion de vols annulés a atteint environ 40% lundi, indique une porte-parole de l'aéroport. La diminution du nombre de passagers est encore plus importante car le taux d'occupation des avions est inférieur à la normale.

Lundi, 215 vols ont été annulés sur les 570 prévus normalement.

Le trafic vers des pays comme la Pologne, le Maroc, la République tchèque, l'Égypte, la Bulgarie et la Turquie s'est complètement ou presque entièrement interrompu, précise Nathalie Pierard, porte-parole de Brussels Airport.

L'exploitant de l'aéroport a pris des mesures pour réduire les coûts liés à la crise sanitaire. Les recrutements ont notamment été gelés tandis qu'un recours au chômage temporaire est à l'étude.

D'un cinquième à un quart la semaine dernière, la proportion de vols annulés a atteint environ 40% lundi, indique une porte-parole de l'aéroport. La diminution du nombre de passagers est encore plus importante car le taux d'occupation des avions est inférieur à la normale.Lundi, 215 vols ont été annulés sur les 570 prévus normalement. Le trafic vers des pays comme la Pologne, le Maroc, la République tchèque, l'Égypte, la Bulgarie et la Turquie s'est complètement ou presque entièrement interrompu, précise Nathalie Pierard, porte-parole de Brussels Airport. L'exploitant de l'aéroport a pris des mesures pour réduire les coûts liés à la crise sanitaire. Les recrutements ont notamment été gelés tandis qu'un recours au chômage temporaire est à l'étude.