La visite de la maison du peintre Claude Monet à Giverny, en Normandie, est de plus en plus proposée aux touristes chinois, japonais ou américains qui se rendent à Paris: victime de son succès et de son exiguïté, ce petit musée lutte pour maintenir un accueil de qualité.

Venelle coquette dont les façades tantôt pastel, tantôt flashy, tranchent joyeusement avec la grisaille alentour, la rue Crémieux a longtemps été considérée comme " l'un des secrets les mieux gardés de Paris ". Hélas, depuis 2016, elle est surtout devenue l'un des spots de la Ville lumière les plus partagés d'Instagram...

Le nombre de touristes internationaux dans le monde a poursuivi sa forte croissance en 2018 avec une progression de 6% à 1,4 milliard de personnes, selon une estimation de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) publiée lundi.

Nous ne tenons plus en place, et c'est un gros problème. D'ici à 2030, si nous continuons à voyager comme nous le faisons aujourd'hui, plus de 2 milliards d'êtres humains s'envoleront chaque année dans le ciel, avant de poser les pieds dans des sites touristiques complètement engorgés.

Douze millions de visiteurs par an, des loyers qui flambent, des peintres victimes de la concurrence chinoise... Le quartier de Montmartre, à Paris, tente de sauver ce qui peut encore l'être face au tourisme de masse et aux souvenirs de pacotille.

Le cap record des 4 milliards de passagers en avion vient d'être dépassé. On dénombre pour 2017 plus d'1,2 milliard de touristes à travers le monde. Ces chiffres ne cessent de grimper, et avec eux, l'exaspération des locaux qui voient leur territoire pris d'assaut avec plus ou moins d'égard par les curieux venus découvrir un patrimoine dans le meilleur des cas, ou faire des selfies pour alimenter leur compte Instagram pour la plupart. Le fait est que des tensions naissent au quatre coins du monde et les destinations victimes de leur succès prennent des mesures pour contrecarrer l'afflux.

Il y a quelques mois, les cinq petits villages italiens qui composent Cinque Terre ont annoncé qu'ils comptaient fortement limiter le nombre de touristes. Et ce n'est pas le seul lieu où les touristes ne sont plus accueillis à bras ouverts, question de survie. Aperçu en images.