Vapeurs intimes: Faut-il se méfier du bain de vapeur vaginal?

.
Stagiaire

Bain de vapeur vaginal, ou encore Yoni Steam, cette pratique aux multiples noms se repend sur les réseaux sociaux. Il s’agit d’une méthode à base de vapeur infusée, qui favoriserait le maintien de la santé utérine grâce aux bienfaits des plantes et de la chaleur. Mais est-ce vraiment conseillé? Réponse d’un expert.

Assises sur une bassine d’eau chaude, infusée de plantes, et recouverte d’une serviette ; voilà le nouveau moment détente tendance pour les femmes. Le bain de vapeur intime s’est répandu il y a quelques années déjà, en 2015, avec l’actrice Gwyneth Paltrow. Gourou du bien-être féminin sur le Web, elle conseillait à ses adeptes de réaliser des bains de vapeur aux huiles essentielles. L’intérêt ? Se nettoyer le vagin et être en harmonie avec son anatomie féminine.

Cette pratique s’est peu à peu propagée sur la Toile… jusqu’à être proposée comme soin dans certains spas américains. On parle là-bas de Yoni Steam – référence au terme « Yoni » désignant en sanskrit l’appareil génital féminin, qui dans la tradition indienne serait le symbole du pouvoir de la femme, de la source de création et de libération émotionnelle.

Aujourd’hui, cette technique de purification, ayant des origines ancestrales venant d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie, remporte un franc succès auprès des jeunes filles via les réseaux sociaux. En plus d’être un soin, le procédé leur offre un moment de méditation et de retour à soi, autant spirituel que physique. Ces bains intimes permettraient aussi, selon ses pratiquantes, de prévenir les infections vaginales, d’enlever le vieux sang stagné, d’équilibrer les hormones et même d’augmenter la fertilité.

Des effets apaisants tels que la réduction des crampes menstruelles ou la détente du canal vaginal sont aussi évoqués. Suite à ces mérites proclamés, des boutiques en ligne se sont approprié la méthode et développent désormais des mélanges d’herbes préparés en fonction de la demande de la cliente. Par exemple, pour les problèmes de règles douloureuses ou pour régulariser le cycle menstruel, les feuilles de framboisier ou la camomille seront recommandées. On retrouve des paquets girly et au rendu naturel, qui proposent même des mélanges qui  » resserrent, nourrissent, et tonifient le vagin « , comme la marque Sublime Forever le promet.

Un effet psychologique

Cette technique ne fait toutefois pas l’unanimité. Sur la Toile elle-même, on retrouve un certain nombre d’avertissements : le bain de vapeur intime est à éviter durant la grossesse, lorsque l’on porte un stérilet, après une césarienne, ou durant la période d’ovulation…

Les médecins, eux, se veulent plus prudents encore, rappelant que ses bienfaits ne sont pas prouvés scientifiquement.  » Il y a des choses infondées qui circulent sur les réseaux sociaux, et cela vaut peut-être la peine de faire une mise au point pour les jeunes qui seraient tentés par cette approche révolutionnaire basée sur des pratiques ancestrales », nous prévient le docteur Philippe Simon, chef de gynécologie et professeur à l’ULB, avouant toutefois ne pas être un observateur assidu de Tik Tok and co.

Le seul point vaguement positif que pointe notre expert est l’effet placebo de cette méthode :  » Sur le Web, je suis tombé sur un petit pamphlet qui dit que cela sert à réduire le flux des règles, la couleur des règles, diminuer la douleur, stabiliser le système reproductif en post-natal, stimuler la fertilité et régulariser le cycle menstruel, c’est plein d’inepties qui ne sont pas du tout démontrées. Mais on sait que pour toutes les infections, il y a une partie de psychologique qui entre en jeu et l’effet placebo est quelque chose de bien connu. « 

Une pratique déconseillée

Cet avantage est toutefois bien mince quand on le compare aux risques d’assèchement de la vulve et même de brûlure qu’encourt un sexe féminin exposé à de la vapeur d’eau chaude. Par ailleurs, la vapeur d’eau utilisée peut avoir une action dévastatrice sur la flore intime.  » La vapeur permet de stériliser les instruments chirurgicaux, c’est dire, rappelle le docteur Philippe Simon. Bien sûr, ici, l’eau est à plus basse température mais il n’empêche que cela peut altérer la présence et le développement de bonnes bactéries qui sont là pour protéger le corps de la femme. « 

On ne le rappelle jamais assez souvent: l’organe intime de la femme ne nécessite aucun produit à appliquer ni à l’intérieur ni trop proche de la zone des lèvres. Le pH s’entretient par lui-même et un nettoyage à l’eau de la vulve est suffisant. « La nature est très bien conçue surtout si on ajoute à cela que la femme est un bipède, ce qui génère, par la gravité, un drainage naturel des sécrétions par l’extérieur. Et l’acidité du vagin protège parfaitement la flore des infections », conclut notre expert.

Par Myriam Karroutt

Trop de pression sur la femme

Au-delà de la sphère scientifique, une question de société apparaît derrière ces bains intimes aux vertus supposées. La société ne cesse de renforcer sa pression sur les femmes en développant toujours plus de techniques les faisant douter de leur hygiène intime, et cela dès le plus jeune âge… Entre les bains de vapeur pour avoir un vagin propre et tonifié et d’autres astuces telles que les muscs que l’on met entre les jambes pour dégager une agréable odeur et captiver son partenaire, tous les moyens sont bons. Sur les réseaux sociaux, des voix se font entendre pour dénoncer cet état de fait – d’autant que le public est de plus en plus jeune et peu informé – et inviter les influenceurs à être plus prudents dans leurs placements de produits. Une pression sur l’esthétique intime que l’on ne retrouve, cela dit en passant, que très peu chez les hommes…

Partner Content