Citytrip | 48 heures à Düsseldorf, le mini Tokyo allemand

Köningsallee © GETTY IMAGES
Kathleen Wuyard
Kathleen Wuyard Journaliste

La plus surprenante des villes allemandes se situe à 2h30 à peine de Bruxelles. Elle n’est pas seulement un hub de créatifs ou un point de chute prisé des labels chics: elle abrite aussi l’une des plus importantes communautés japonaises d’Europe, installée dans un quartier aux faux airs de Tokyo.

JOUR 1

  • 10h00 – ARRIVÉE À DÜSSELTAL

Depuis une dizaine d’années, un vent de renouveau souffle sur cette enclave aux vastes avenues paisibles avec l’émergence du Nouveau Quartier, en bordure de gare, dont les immeubles modernes et aérés ont notamment séduit Publicis et Saatchi & Saatchi. Fleuron de la Louis Pasteur Platz, l’hôtel 25 Hours Das Tour s’élève dans le ciel et offre un promontoire époustouflant sur Düsseldorf depuis son rooftop bar. On y pose ses valises dans une chambre à l’inspiration industrio-allemande ou rétro française, et on profite de sa situation idéale pour rayonner vers les spots les plus branchés de la ville. Premier arrêt? Kyto Coffee & Deli, dont l’allure et les cafés aux grains triés sur le volet ne sont pas sans évoquer Brooklyn. Un flat white ou un chocolat noir chaud en main, en route vers la Immermannstraße pour un dépaysement immédiat.

Kyto Coffee & Deli
Kyto Coffee & Deli© SDP

@kytocoffee

  • 11h00 – BIG IN JAPAN

Selon les dernières estimations, plus de 11 000 ressortissants japonais vivraient à Düsseldorf, ce qui en fait la plus importante communauté d’Europe après Paris et Londres, et donne au Little Tokyo local un cachet authentique à souhait. C’est qu’entre les façades couvertes de kanji et la concentration de boutiques proposant mets surprenants, nécessaire à matcha et autres mangas, difficile de ne pas se sentir momentanément désorienté ou du moins, à mille lieues de l’Allemagne. Nos adresses incontournables pour savourer toute la diversité du quartier? Bakery My Heart, une boulangerie-pâtisserie aux créations aussi exquises pour les yeux que pour les papilles (ne manquez pas le melon bread), suivie du supermarché Hanaro Markt tout proche, pour dénicher l’un ou l’autre délice atypique à ramener dans sa valise (le rayon snacks vaut particulièrement le détour), sans oublier le Nippon Bookstore, où dénicher livres et mangas en V.O. mais aussi articles de papeterie et petits objets déco, avant de pousser une tête chez Kyoto, où la vaisselle ouvragée côtoie les couteaux pour maîtres sushi en devenir ainsi qu’une jolie sélection de gobelets à saké.

Citytrip | 48 heures à Düsseldorf, le mini Tokyo allemand
© UNSPLASH / GIL RIBEIRO

@bakerymyheart, hanaromarkt, bookstorenippon.jis.de, @kyotobyjapan

  • 13h00 – LUNCH IN TRANSLATION

Après avoir mis les dernières années au service de cette investigation journalistique de la plus haute importance, il nous semble légitime d’affirmer que les meilleurs sushis de la ville se savourent chez Naniwa, et la file qui s’étire devant le restaurant à chaque service semble nous donner raison. Des créations maison aux nigiris traditionnels, tout est savoureux et d’une fraîcheur exquise, à commencer par les makis au tartare de thon rouge et oignons de printemps, qu’il s’agit de commander avant qu’ils ne soient sold out pour la journée. « Jiro Dreams of Sushi » vous a fait saliver? Réservez une table pour le lunch dans l’un des deux établissements étoilés de Yoshizumi Nagaya, Yoshi et Nagaya, pour y prendre toute la mesure de la finesse de la gastronomie japonaise. Et y goûter ce qui se rapprochera le plus sous ces latitudes des sushis de Jiro Ono.

naniwa.de, nagaya.de

  • 14h30 – AUX CHAMPS-ELYSÉES

Il y a comme un air de Joe Dassin sur la Königsallee, ou Kö pour les locaux, immense avenue commerçante le long du Rhin, qui la coupe en son centre, et sur la surface duquel se reflète les vitrines de toutes les maisons de couture installées ici. Miu Miu, Dior, Cartier… On y vient pour lécher les vitrines, mais aussi pour se mêler à la schickeria (ou bourgeoisie branchée) qui rappelle que Düsseldorf est aussi connue pour être l’une des villes les plus riches d’Allemagne. En 1976 déjà, un reportage du New York Times l’adoubait « the place where money is made » et près d’un demi-siècle plus tard, cette réputation ne se dément pas.

16h00 – FLIRTER AVEC FLINGERN

Après s’être laissé étourdir par l’opulence de la Königsallee, retour aux abords du camp de base pour découvrir une ambiance tout à fait différente: celle de Flingern, sorte de Notting Hill local de l’autre côté des rails de train, où meringues pastel et boutiques de créateurs cohabitent paisiblement avec les adresses plus roots rescapées de la gentrification du quartier. Parfait mélange des trois, la Birkenstraße invite à la flânerie, avec arrêt obligé devant la vitrine des nombreuses galeries d’art: de Lucas Hirsch à Kadel Willborn en passant par Linn Lühn, mais aussi chez Koko Selected, pour de la seconde main de pointe. A quelques pas de là, l’Ackerstraße est probablement la destination shopping la plus excitante de la ville, entre la sélection de design ultrapointue de Out of Alltag et le concept store Langbrett, label de vêtements et chaussures d’extérieur lancé par un collectif de surfeurs allemands. Chez aest, on déniche le meilleur de la mode scandinave tandis que pour un petit cadeau original, la sélection de Unterhaltung Lieblingsstücke fait des merveilles.

lucashirsch.com, kadel-willborn.de, linnluehn.com, out-of-alltag.de, langbrett.com, aest-store.com, unterhaltung-lieblingsstuecke.de

  • 18h00 – BAR OLIO, COMME LES LOCAUX

Si on laissera à l’appréciation de chacun la décision de dîner à l’heure allemande, il est toutefois intéressant de pousser une tête en tout début de soirée au Bar Olio, validé comme la « table la plus excitante de la ville » par les locaux, et donc, pris d’assaut. L’adresse n’acceptant pas de réservations, on vient mettre son nom sur la liste d’attente du service du soir, avant de s’attabler devant une cuisine mariant influences méditerranéennes et japonaises. Après un oyster shot en entrée de jeu, on se laisse tenter par le saumon grillé mariné au miso, les fregola sarda tièdes aux fruits de mer ou encore le cabillaud à la Nduja, le tout arrosé d’une enivrante sélection de vins.

bar-olio.de

  • 22h00 – UN DERNIER VERRE AU PARIS CLUB

Pour terminer la journée en beauté, montée au 17e étage de Das Tour, dont le bar panoramique, le Paris Club, est accessible, que vous logiez ou non à l’hôtel. En hommage à la thématique choisie par l’établissement, la carte des cocktails est une ode à la douce France, entre pastis, calvados, cognac et gin hexagonal.

The Paris Club
The Paris Club© INSTAGRAM @ THEPARISCLUB.DUS

theparisclub.de

JOUR 2

  • 09h00 – BRUNCH BATAVE

Extrêmement prisé par les amateurs de brunch, Nooij Dutch Deli est un rêve de Millennial avec son décor photogénique et ses assiettes généreusement garnies de toasts, bagels, pancakes et autres omelettes. A ne pas manquer: le poulet rôti, servi de midi à 16 heures, et le gâteau au beurre de cacahuètes ou au caramel beurre salé et noix caramélisées. Über lecker.

Nooij Dutch Deli
Nooij Dutch Deli© SDP

nooij.de

  • 10h30 – MUSIQUE, MEISTER!

Outre la promesse de dépaysement sans changer de continent, s’il y a bien une raison de planifier une visite à Düsseldorf sans tarder, c’est la formidable rétrospective Electro. From Kraftwerk to Techno organisée par le Kunst Palast. Bien que la localisation du légendaire studio Kling Klang reste secrète, l’exposition, conçue en collaboration avec le Musée de la Musique – Philharmonie de Paris, retrace l’impact d’un siècle de musique électronique sur la société et le monde de l’art. Clou du spectacle: l’incroyable mise en scène de l’oeuvre du groupe culte du cru, Kraftwerk, à découvrir jusqu’au 15 mai prochain. Fleuron de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, le K20 vaut également le détour pour son impressionnant abécédaire du meilleur de l’époque contemporaine, de Klee à Picasso et Pollock en passant par Matisse et Mondrian. Si vous avez toujours rêvé de voir de plus près Les Jours gigantesques de Magritte ou Le Cabinet anthropomorphique de Dalí, ne manquez pas une visite.

L'expo Electro. From Kraftwerk to Techno.
L’expo Electro. From Kraftwerk to Techno.© SDP/ BOETTCH

kunstpalast.de

kunstsammlung.de

  • 15h00 – BALADE ARCHITECTURALE AU MEDIENHAFEN

Après en avoir pris plein les yeux, on rejoint le flot de badauds en bord de Rhin pour une balade architecturale jusqu’au MedienHafen, dont les buildings aux lignes atypiques sont signés Frank Gehry, David Chipperfield ou encore Steven Holl. Dans le port des médias, verre, acier et modernité disputent l’attention des promeneurs aux façades de brique pittoresques des grandes halles ancestrales.

MedienHafen
MedienHafen© UNSPLASH / LASMA ARTMANE
  • 16h30 – AVEC LES COOL KIDS D’UNTERBILK

Une fois les buildings distinctifs de la cité dûment admirés (et photographiés), on pousse la balade jusqu’au district branché d’Unterbilk, qui ne sera pas sans évoquer Berlin aux nostalgiques de la ville. Loin de l’agitation du centre, la Brunnenstraße a de faux airs de village urbain avec son cinéma d’art et d’essai à la façade branchée, le Metropol, la joyeuse jungle de Love Your Plants ou encore The Funky Deli, où l’houmous est aussi délectable que les DJ sets live qui animent l’adresse le week-end. Dernière étape obligatoire chez Dim Sum Gourmet, antre des amateurs de raviolis vapeur, dont la façade sans prétention cache mille délices authentiques, à commencer par les toasts de crevettes au duo de sésame et le canard laqué servi comme à Pékin. Dépaysement garanti, on vous dit.

Love Your Plants
Love Your Plants© INSTAGRAM @LOVE_YOUR_PLANTS

filmkunstkinos.de/kinos/metropol , love-your-plants.com , @thefunkydeli , dimsumgourmet.de

En pratique

Y ALLER

  • En train: 2h14 depuis Bruxelles. Environ 72 euros A/R. b-europe.com
  • En voiture: environ 2h20 de trajet depuis Bruxelles.

SE LOGER

  • 25 Hours Das Tour. Avec son esthétique léchée et sa situation idéale pour rayonner dans les différents quartiers, notre hôtel coup de coeur à Düsseldorf propose aussi un superbe buffet de petit-déjeuner, entre lard croustillant, pâtisseries fraîches, huîtres et flûtes de bulles. Dès 104 euros la nuit. 25hours-hotels.com
  • Nikko. Pour pousser le dépaysement à l’extrême, direction ce confortable hôtel japonais situé en plein coeur de Little Tokyo, où même le petit-déjeuner est une ode au pays du Soleil levant. Dès 79 euros la nuit. nikko-hotel.de

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content