Côte d’Azur: on ne peut plus nager avec les dauphins

La justice française a décidé mercredi de saisir les bateaux de trois entreprises de la Côte d’Azur (sud-est) qui moyennant 300 euros par personne, proposaient d’aller nager en Méditerranée avec les dauphins, en dépit de l’interdiction de la pratique.

Dans le cadre de sorties « très lucratives », selon le parquet de Grasse (Alpes-Maritimes), ces entreprises basées à Mandelieu-la-Napoule et Antibes, sur la Côte d’Azur, proposaient aux touristes de se jeter à l’eau, en pleine mer, avec masque et tuba, au milieu d’un banc de dauphins, préalablement repéré à l’aide d’un ULM.

Or, depuis un arrêté ministériel du 3 septembre 2020, entré en vigueur le 1er janvier 2021, « on n’a plus le droit de s’approcher à moins de 100 mètres d’un dauphin, encore moins de se jeter à l’eau avec un dauphin » dans les eaux méditerranéennes françaises, a rappelé le parquet. Apr s plusieurs réunion d’information pour sensibiliser ces professionnels, puis un rappel par la gendarmerie maritime, les trois sociétés « ont continué tout l’été 2021, parce que c’est très lucratif ».

Début juillet, après avoir constaté que l’activité se poursuivait, et à la suite d’un signalement d’une association, le parquet a placé les trois gérants des trois sociétés en garde à vue et mené des perquisitions. « Les quatre bateaux appartenant aux trois entreprises » ont été ainsi saisis, a encore précisé le parquet.

Les gérants doivent être « jugés d’ici à la fin de l’année », notamment pour « pratique commerciale trompeuse » et « perturbation volontaire d’espèce animale non domestiquée protégée », a ajouté le parquet.  Ils risquent jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 300.000 euros d’amende ainsi que 750 euros d’amende par client et une confiscation des biens.

« Nous n’avons jamais été condamnés, nous travaillons avec des scientifiques et pourtant nous sommes traités comme de lourds délinquants », a réagi Magalie Grimont, épouse du gérant du Bateau d’Annett, l’une des trois sociétés visées. « Nous sommes privés de notre outil de travail et menacés de liquidation judiciaire », a-t-elle déploré.

Toute petite mer -1% de la surface mondiale des océans-, la Méditerranée abrite plus de 10.000 espèces. Vingt-et-une sortes de cétacés -sur les 87 recensées dans le monde- ont été observées dans ses eaux et celles de la mer Noire, selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).  La plupart sont classées « en danger ». Outre les rencontres avec des touristes trop entreprenants, ces animaux risquent des collisions avec les navires, dans une mer concentrant 25% du trafic mondial.

Partner Content