Le maire de Venise interdit les clichés de sa ville écrasée par les monstres marins

25/08/15 à 15:53 - Mise à jour à 31/08/15 à 10:04

Source: Weekend

Le toursime de masse n'en finit plus de faire des ravages. Depuis des années, on sait la Cité des Doges envahie par les paquebots, qui déversent plusieurs millions de touristes sur ses berges chaque année. Mais quand un photographe de renom en fait le sujet d'une expo dans la ville elle-même, le maire joue les censeurs.

Le maire de Venise interdit les clichés de sa ville écrasée par les monstres marins

© Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

La Sérenissime ne l'est plus tant, comme le prouve la série de photographies Mostri a Venezia (Monstres à Venise) de Gianni Berengo Gardin, qu'il devait exposer au coeur de la Cité des Doges.

Dans cette série, on voit la célèbre ville italienne littéralement envahie, voire engloutie sous la masse des paquebots de croisière, dont le ballet n'a de cesse du printemps à l'automne, longeant la ville en empruntant le canal de la Giudecca, fragilisant la cité déjà rendue vulnérable par la lagune, et dégradant au passage les quais centenaires.

Le maire de Venise interdit les clichés de sa ville écrasée par les monstres marins

© Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

Sans compter l'exaspération des quelque 50.000 habitants qui voient chaque année affluer 20 millions de visiteurs dans leur ville musée, dont 2 millions via ces paquebots monstrueux. C'est dire l'impact économique de ce tourisme de masse, pour la ville et pour les entreprises qui l'organise. C'est dire si ces clichés des monstres marins dévorant la fragile ville historique sont nécessaires pour alarmer l'opinion publique sur ce commerce destructeur.

Or, le maire Luigi Brugnaro n'a pas jugé cette exposition - qui devait être inaugurée au Palazzo Ducale le 18 septembre prochain - propice alors que justement l'affluence bat son plein, avec la Biennale d'art contemporain et bientôt la Mostra.

Nos partenaires