L'urologue le remarque quotidiennement dans sa pratique : l'ignorance est grande chez les hommes. Beaucoup d'entre eux sont plus préoccupés par la longueur de leur pénis que par sa fonction première. Alors que cette dernière est beaucoup plus importante pour une vie sexuelle satisfaisante. Piet Hoebeke cherche à éliminer certaines contrevérités persistantes.
...

L'urologue le remarque quotidiennement dans sa pratique : l'ignorance est grande chez les hommes. Beaucoup d'entre eux sont plus préoccupés par la longueur de leur pénis que par sa fonction première. Alors que cette dernière est beaucoup plus importante pour une vie sexuelle satisfaisante. Piet Hoebeke cherche à éliminer certaines contrevérités persistantes.En ce qui concerne le pénis, nous avons complètement perdu notre sens de la norme. Il suffit pour s'en convaincre de constater le degré de confusion et d'incertitude qui règne autour de la longueur du pénis. Pour déterminer si une caractéristique corporelle est dans la norme, la science se base sur des moyennes. On estime qu'environ 95 % des pénis ont une longueur comprise entre 9 et 16 centimètres. Si ces chiffres sont plus faciles à accepter pour la personne qui se situe plus près des 16 centimètres, cela n'empêche pas que l'une comme l'autre d'être considérées comme tout à fait normales. Une partie du problème vient du fait que les hommes ont peu de points de référence réalistes pour mesurer leur pénis. D'une part, il y a les vestiaires, où ils comparent leur propre artillerie avec les autres en oubliant au passage qu'ils sont en ce qu'on qualifiera pudiquement d'état de flaccidité. Cela n'est en aucun cas une indication fiable sur la taille de la chose en position d'attaque. Un autre problème, ce sont les films pornographiques. On peut effectivement y voir des pénis en érection, mais ce ne sont pas les modèles les plus courants. Pourtant, ce sont ces pénis - et leurs performances - que notre cerveau marque comme une sorte de référence.Le porno a un effet très bizarre sur notre cerveau. Car après un match de football, l'homme moyen n'est pas nécessairement convaincu qu'il se situe au niveau de l'attaquant qui vient de marquer un but. Alors pourquoi pense-il, après avoir regardé un film porno, qu'il est possible de tenir pendant 45 minutes et de lâcher cinq litres de sperme à chaque fois ? La faute n'est pas forcément à chercher dans le porno, mais bien dans notre cerveau qui n'a pas la capacité d'interpréter correctement ces images.Sur le plan évolutif, en tant qu'humains, nous ne sommes pas préparés à l'image pornographique. Dans le règne animal, il est tout à fait normal d'avoir des rapports sexuels en présence des autres. Une vache n'est pas excitée quand un taureau a des rapports sexuels avec un compagnon à côté d'elle. Il n'en va pas de même pour les êtres humains. Nous avons tendance à regarder et à copier les comportements. Même si, dans notre cas, il se produit beaucoup plus souvent dans la sphère privée ou en présence d'un écran".Non seulement le porno professionnel nous arrive via toutes sortes d'écrans, mais le "porno maison" est aussi largement partagé via smartphone. Ce n'est pas un hasard, d'un point de vue de l'évolution, si les hommes, en particulier, sont capables d'envoyer des dickpics. Dans les premières heures de l'humanité, un gros pénis était important pour attirer l'attention de la femme. C'était une arme de séduction et elle était montrée avec empressement. Notre cerveau pense toujours que cette stratégie fonctionne, même si nous savons aujourd'hui que les femmes regardent beaucoup plus le physique dans sa globalité que la longueur du pénis, ou même le pénis lui-même. C'est le tableau d'ensemble qui compte".Pour Piet Hoebeke, la plupart des hommes n'ont aucune idée du fonctionnement de leur pénis. Par exemple, beaucoup d'hommes ne savent pas que leur épididyme est aussi une zone érogène. Et quand on évoque les muscles du plancher pelvien, ils sont complètement perdus dans la pampa. "Beaucoup d'hommes ne savent même pas qu'ils ont des muscles dans le plancher pelvien et encore moins comment les utiliser". C'est dommage, car la clé d'un orgasme simultané réside dans les muscles du plancher pelvien. Chez les femmes, on fait davantage attention aux muscles du plancher pelvien, surtout après la grossesse pour prévenir l'incontinence. Il est dommage que l'accent ne soit mis que sur ce point, car un bon contrôle des muscles du plancher pelvien peut faire des merveilles pour votre vie sexuelle. Les muscles du plancher pelvien fonctionnent en grande partie automatiquement, mais avec un peu de pratique, vous pouvez en prendre le contrôle. Ce que la pleine conscience fait pour contrôler votre respiration, le "pénis conscience" pourrait le faire pour les muscles du plancher pelvien chez les hommes : créer la conscience et le contrôle. Pour de nombreux couples, la clé de l'orgasme simultané résiderait donc dans un meilleur contrôle du plancher pelvien."Il est dommage que nous délaissions ces muscles importants dans les centres de musculation. En fait, nous devrions créer des centres spéciaux pour ce seul muscle. (rires) Malheureusement, de nombreuses personnes manquent de créativité dans leur vie sexuelle. En moyenne, nous le faisons une fois par semaine, généralement dans la même position", dit encore Hoebeke. Selon Hoebeke, l'homme serait même menacé d'extinction. Le pénis rétrécit d'année en année et la fertilité masculine se détériore également. Nous vivons dans un environnement hostile aux hommes. En raison de la pollution, de plus en plus de perturbateurs endocriniens se retrouvent dans notre environnement. Les minuscules particules de plastique dans l'eau, ce qu'on appelle la soupe plastique, ont également une influence sur la virilité. Pour l'instant, cet impact n'est pas si important. Mais c'est comme le changement climatique : le processus se déroule progressivement."Déjà, nous voyons apparaître des poissons hermaphrodites dans la Tamise, au Royaume-Uni, probablement à cause des hormones présentes dans l'eau. Si ces hormones affectent les poissons, il semble probable que la situation ne soit pas différente chez les hommes. Dans ma pratique, je vois maintenant plus de garçons dont le trou d'urine n'est pas au bon endroit. Dans le passé, c'était le cas d'un garçon sur trois cents, alors qu'aujourd'hui, c'est à peu près le cas d'un jeune homme sur cent. Je n'exclus pas la possibilité que d'ici cinq cents ans, la moitié des hommes seront infertiles".Comme l'IRM prédit le climat, l'état du pénis en dit long sur la santé de celui qui l'arbore. Le pénis est le canari dans la mine de charbon. Si vous avez des problèmes cardiaques, vous le remarquerez d'abord dans votre érection. Les vaisseaux sanguins dans le pénis sont plus petits que ceux du coeur, de sorte que les effets d'une mauvaise circulation sanguine ici deviennent clairs beaucoup plus tôt. Même chose avec un taux élevé de cholestérol, les hommes le remarqueront d'abord par un manque de fermeté de leur érection. De même les hommes en surpoids verront leur membre "avalé" par la graisse, et il semblera plus petit. Comparez cela à un immeuble d'appartements de dix étages. Avec un poids normal, la fondation est clairement visible. Avec quelques kilos en trop, quelques étages disparaissent dans le sous-sol, donnant du même coup l'impression que le bâtiment est moins haut.