...

LE PITCH. Voilà un néologisme qui pourrait nous insuffler une énergie nouvelle pour les prochains mois. Par "flexi-terrestre", le coach Thierry Delperdange entend "l'attitude de l'être vivant qui contribue et s'adapte à son environnement en se respectant dans ce qu'il est". L'idée: mieux on se connaît soi-même, plus on pourra se montrer bienveillant avec les autres. L'auteur nous invite donc à, dans un premier temps, "visiter notre univers intérieur" et donc décrypter ce qui nous a fait tel que nous sommes: "Nous construisons notre monde à partir de faits que nous passons à la moulinette de nos choix, de nos préférences, de nos valeurs. La recette sera pimentée par le hasard de nos rencontres." Une fois cette auto-observation lancée, il sera temps de s'ouvrir à notre prochain, avec empathie, pour finalement aboutir à une "vision", soit "la formulation idéale de la vie que je veux nourrir". POUR COMMENCER. Le cheminement exposé peut paraître complexe - et déjà entendu - mais heureusement, l'expert nous livre - et c'est là la valeur ajoutée - des récits illustrant son propos. Et une marche à suivre claire. Le premier pas? On établit, sur papier, la liste des valeurs qui nous guident et on la garde à portée de main. Comment on fait pour les identifier? "On est attentif à ce qui suscite une "vibration" en nous. Ce qui nous émeut particulièrement", répond l'auteur. Après, il suffit de ne pas s'en écarter, mais de ne pas non plus les appliquer trop strictement: privilégier les rapports humains ne signifie pas s'oublier pour faire plaisir aux autres... Tout est une question d'équilibre! LE PITCH. Dans ce monde polarisé, il est de bon ton de se rappeler que d'autres sociétés ont des choses à nous enseigner. "Au bout du compte, la contribution la plus déterminante de l'Afrique à l'humanité sera dans le domaine des relations humaines", disait Steve Biko, activiste anti-Apartheid assassiné en 1977. C'est sur cette citation que s'appuie la massothérapeute Julie Lombe pour nous dévoiler dix préceptes venus du Continent noir qui peuvent s'appliquer... au niveau des entreprises, afin d'enrayer la spirale des burn-out, bore-out, etc. En vrac, on y apprend à mieux dialoguer sous l'arbre à "palabre", à miser sur un timing "pole pole", c'est-à-dire à prendre le temps nécessaire et mieux considérer l'instant présent, à croire en l'"Article 15", une expression congolaise qui encourage l'art de la débrouille, et donc à laisser plus souvent ses collaborateurs s'autogérer, ou à pratiquer le Kasàlà, un poème cérémoniel qui met en valeur, devant tout le monde, les qualités d'un individu. Ressourçant. POUR COMMENCER. On s'adonne à l'Hakuna-Matata, la philosophie chère au Roi Lion et "on ne se laisse pas impacter outre-mesure par l'inattendu, même lorsqu'il est négatif. Car le lâcher-prise permet de désamorcer le cercle vicieux de la dramatisation". Et pour garder cet optimisme à toute épreuve... on rigole. "On a souvent mis en avant l'image de l'Africain souriant. Un poncif colonial qui renvoyait à un "bon sauvage" insouciant et naïf. Or, il y a là quelque chose de bien plus profond: une véritable joie de vivre, une gratitude infinie pour ce don extraordinaire qu'est la vie." Facile! LA THÉORIE. Si les livres sur la méditation ne manquent pas, celui-ci a le mérite d'être hyperpratique, et déculpabilisant. Car il donne les clés pour se lancer dans cette pratique contemplative à son aise, sans se mettre la pression, même si les effets se font attendre. "Les bienfaits mettent parfois un peu de temps à apparaître - deux semaines pour certains et des mois, voire des années pour d'autres", prévient l'auteur qui encourage à la persévérance. En préambule, il dévoile un mode opératoire aisé à suivre pour bien respirer, suivi de cinq mini-rituels des plus basiques. Viennent ensuite des techniques plus élaborées, toujours décrites de façon didactique, pour atteindre, qui sait, l'état très rare de samadhi, que seuls les moines maîtrisent (et encore). POUR COMMENCER. On ne vise pas trop haut et on s'initie avec une des "mini-méditations" proposées, par exemple celle du "son maintenant". 1) On s'assied, on respire trois fois en inspirant par le nez et en expirant par la bouche. Puis on ferme la bouche et on se détend. 2) On prend conscience de son ouïe. Cela doit être la seule manière de percevoir le monde. 3) On balaye notre environnement à la recherche de sons. On ne cherche pas leur origine, on reste axé sur chacun d'eux quelques secondes. 4) On déplace son écoute sur des bruits plus lointains, sans les juger. 5) On choisit un son qu'on entend en permanence (cela peut-être aussi notre respiration). 6) On laisse s'évanouir ce son et on reporte son attention sur son corps. 7) On prend note de son état; on bouge lentement les doigts et on ouvre les yeux... Voilà, l'année nouvelle peut commencer!