Loin de n'être que le prétexte à se laver, les plaisirs du bain revêtent aujourd'hui une composante à la fois corporelle et spirituelle. Comme un retour aux sources...

Un peu d'histoire

A l'époque romaine, les thermes étaient collectifs, avec une vocation tant sociale qu'hygiénique. Ils ne se concevaient que chauffés. D'ailleurs, le mot "thermes" vient du grec thermos , qui signifie chaud. Les Grecs désignaient les bains par le mot balneion , qui a donné en latin balnea , d'où notre balnéothérapie. Les premiers thermes connus sont ceux d'Agrippa (26-29 ap. J.-C.). Dès ce moment, les bains sont considérés comme un établissement assurant plusieurs fonctions, tant corporelles que spirituelles.

Par la suite, avec les grandes épidémies de peste, on s'est mis à craindre l'eau, en particulier l'eau chaude, soupçonnée d'être le vecteur de toutes sortes de maladies. Quand on se lavait - rarement ! - il convenait de le faire à l'eau froide. Au siècle des Lumières, médecins et scientifiques se sont élevés en faux contre ces accusations sans fondement et l'élément liquide a petit à petit retrouvé son aura. Tout d'abord auprès des riches, qui "prenaient les eaux" plusieurs fois par an, en guise de cure. Il faudra attendre la vogue des bains de mer et les premiers congés payés pour que les plaisirs de l'eau se démocratisent.

Hédonisme

Aujourd'hui, hédonisme et individualisme obligent, chacun veut goûter chez soi, chaque jour, une petite tranche de plaisir aquatique, avec détente et remise en forme.

S'il n'y a rien de plus délassant qu'une journée balnéo, dans un spa ou un centre, ces plaisirs-là restent exceptionnels. Pour en profiter plus souvent, transformez votre salle de bains en mini-spa et sollicitez tous les sens, de la vue à l'ouïe, du toucher à l'odorat. Pour vous ressourcer efficacement, pensez polysensorialité et mettez tous les sens à la fête : lumière tamisée, bougies parfumées, musique douce, bain de lait, galets effervescents, frictions et massages, huiles essentielles, sels de la mer Morte...

Créez un cocon de douceur, propice à la relaxation.

• La vue et l'odorat

Tamisez la lumière et allumez quelques bougies délicatement parfumées. Choisissez-les de bonne qualité pour ne pas ajouter à la pollution de l'air intérieur qui, on le sait, a tendance à être pollué, parfois plus qu'en rue. Pas de détente possible dans un air vicié ! Aérez donc la pièce et purifiez-la avec un spray aux huiles essentielles. Optez par exemple pour le Spray assainissant Pranarôm aux 13 huiles essentielles de Madagascar ou Assaini'Spray (voir photo 1). Bien aussi, le papier d'Arménie au parfum poudré, le plus ancien désodorisant naturel, dont la fabrication reste inchangée. A essayer absolument, l'édition papier d'Arménie créé par le parfumeur Francis Kurkdjian (en magasins naturels).

Le diffuseur de parfum à bâtonnets en bois a l'avantage d'être sain et d'embaumer longtemps de manière subtile. L'encens a des vertus délassantes mais attention aux rejets polluants !

Faites de la chromothérapie à domicile en branchant dans un coin de la salle de bains une lampe diffusant un spectre de lumières changeantes (par exemple la lampe LivingColors Philips, voir photo 8). Chacune a ses bienfaits : le rouge, couleur chaude, est astringente et stimulante ; l'orange et le jaune, toniques, optimisent la relation corps/esprit ; le bleu, couleur froide et évocatrice, rafraîchissante et relaxante, améliore les fonctions hépatiques (on l'utilise d'ailleurs pour soigner la jaunisse du nourrisson) ; le vert, apaisant et détoxifiant, harmonise les émotions et améliore les insomnies ; et le violet, couleur froide, soigne les crampes musculaires et calme les angoisses.

• L'ouïe, le goût et le toucher

Vous aurez remarqué que les spas et les instituts prévoient toujours un fond de musique zen, évocatrice de nature. Cela permet de lâcher prise et de cesser de ruminer soucis et pensées envahissantes. Sans aller jusqu'à en manger, convoquez le goût avec un gel douche gourmand, par exemple Roger&Gallet (voir photo 2), Klorane ou Petit Marseillais. Prévoyez un thé ayurvédique et quelques fruits secs pour vous hydrater et faire le plein d'acides gras essentiels, excellents pour la peau.

Le toucher a, lui aussi, son importance : serviettes chaudes et sortie de bain moelleuse, petit coussin gonflable dans la nuque, éponge végétale, textures douces et fondantes, savon à l'ancienne glissant sur la peau, voire pétales de roses dans l'eau... Soignez les matières, elles contribuent au bien-être du corps et de l'esprit.

Massage ou friction

Après le bain, faites comme dans les hammams du bassin méditerranéen. Frictionnez-vous au rhassoul (savon noir). Laissez poser sur le corps et les cheveux une huile végétale. L'argan, riche en vitamines liposolubles, est idéal pour les peaux très sèches. L'huile de macadamia est gorgée d'acides gras Omega 6, pour une hydratation en profondeur et une peau tonifiée. Ex. huiles végétales Pranarôm ou Clarins. Rincez le tout sous la douche, en vous frictionnant l'épiderme à l'aide d'un gant de kassa ou, pour les plus douillettes, d'une fleur en tulle. Cette exfoliation booste la circulation sanguine, détend les muscles, élimine les toxines et renouvelle la couche cornée. Les cellules sont oxygénées et le teint gagne en éclat ! Pour une action drainante et amincissante, adoptez le fameux pain de massage à picots Jeanne Piaubert. On peut y ajouter un doux peeling visage et corps, comme celui 100 % naturel de la marque de vinothérapie Sylvitis Therapy.

Ensuite, place à un massage du corps avec la texture que vous préférez - crème, lait ou huile sèche (Huile Divine Caudalie, Huile Prodigieuse Nuxe, NutriExtra Vichy). Procédez dans le sens du drainage lymphatique, des orteils et des mains vers le coeur. Enfin, sachez que certaines bougies parfumées se transforment en huile de massage (ex. Plante System, Sultane de Saba, Erborian...).

VIRGINIE DRAELANTS

Loin de n'être que le prétexte à se laver, les plaisirs du bain revêtent aujourd'hui une composante à la fois corporelle et spirituelle. Comme un retour aux sources...Un peu d'histoire A l'époque romaine, les thermes étaient collectifs, avec une vocation tant sociale qu'hygiénique. Ils ne se concevaient que chauffés. D'ailleurs, le mot "thermes" vient du grec thermos , qui signifie chaud. Les Grecs désignaient les bains par le mot balneion , qui a donné en latin balnea , d'où notre balnéothérapie. Les premiers thermes connus sont ceux d'Agrippa (26-29 ap. J.-C.). Dès ce moment, les bains sont considérés comme un établissement assurant plusieurs fonctions, tant corporelles que spirituelles. Par la suite, avec les grandes épidémies de peste, on s'est mis à craindre l'eau, en particulier l'eau chaude, soupçonnée d'être le vecteur de toutes sortes de maladies. Quand on se lavait - rarement ! - il convenait de le faire à l'eau froide. Au siècle des Lumières, médecins et scientifiques se sont élevés en faux contre ces accusations sans fondement et l'élément liquide a petit à petit retrouvé son aura. Tout d'abord auprès des riches, qui "prenaient les eaux" plusieurs fois par an, en guise de cure. Il faudra attendre la vogue des bains de mer et les premiers congés payés pour que les plaisirs de l'eau se démocratisent. Hédonisme Aujourd'hui, hédonisme et individualisme obligent, chacun veut goûter chez soi, chaque jour, une petite tranche de plaisir aquatique, avec détente et remise en forme. S'il n'y a rien de plus délassant qu'une journée balnéo, dans un spa ou un centre, ces plaisirs-là restent exceptionnels. Pour en profiter plus souvent, transformez votre salle de bains en mini-spa et sollicitez tous les sens, de la vue à l'ouïe, du toucher à l'odorat. Pour vous ressourcer efficacement, pensez polysensorialité et mettez tous les sens à la fête : lumière tamisée, bougies parfumées, musique douce, bain de lait, galets effervescents, frictions et massages, huiles essentielles, sels de la mer Morte... Créez un cocon de douceur, propice à la relaxation.• La vue et l'odorat Tamisez la lumière et allumez quelques bougies délicatement parfumées. Choisissez-les de bonne qualité pour ne pas ajouter à la pollution de l'air intérieur qui, on le sait, a tendance à être pollué, parfois plus qu'en rue. Pas de détente possible dans un air vicié ! Aérez donc la pièce et purifiez-la avec un spray aux huiles essentielles. Optez par exemple pour le Spray assainissant Pranarôm aux 13 huiles essentielles de Madagascar ou Assaini'Spray (voir photo 1). Bien aussi, le papier d'Arménie au parfum poudré, le plus ancien désodorisant naturel, dont la fabrication reste inchangée. A essayer absolument, l'édition papier d'Arménie créé par le parfumeur Francis Kurkdjian (en magasins naturels). Le diffuseur de parfum à bâtonnets en bois a l'avantage d'être sain et d'embaumer longtemps de manière subtile. L'encens a des vertus délassantes mais attention aux rejets polluants ! Faites de la chromothérapie à domicile en branchant dans un coin de la salle de bains une lampe diffusant un spectre de lumières changeantes (par exemple la lampe LivingColors Philips, voir photo 8). Chacune a ses bienfaits : le rouge, couleur chaude, est astringente et stimulante ; l'orange et le jaune, toniques, optimisent la relation corps/esprit ; le bleu, couleur froide et évocatrice, rafraîchissante et relaxante, améliore les fonctions hépatiques (on l'utilise d'ailleurs pour soigner la jaunisse du nourrisson) ; le vert, apaisant et détoxifiant, harmonise les émotions et améliore les insomnies ; et le violet, couleur froide, soigne les crampes musculaires et calme les angoisses.• L'ouïe, le goût et le toucher Vous aurez remarqué que les spas et les instituts prévoient toujours un fond de musique zen, évocatrice de nature. Cela permet de lâcher prise et de cesser de ruminer soucis et pensées envahissantes. Sans aller jusqu'à en manger, convoquez le goût avec un gel douche gourmand, par exemple Roger&Gallet (voir photo 2), Klorane ou Petit Marseillais. Prévoyez un thé ayurvédique et quelques fruits secs pour vous hydrater et faire le plein d'acides gras essentiels, excellents pour la peau. Le toucher a, lui aussi, son importance : serviettes chaudes et sortie de bain moelleuse, petit coussin gonflable dans la nuque, éponge végétale, textures douces et fondantes, savon à l'ancienne glissant sur la peau, voire pétales de roses dans l'eau... Soignez les matières, elles contribuent au bien-être du corps et de l'esprit.Massage ou friction Après le bain, faites comme dans les hammams du bassin méditerranéen. Frictionnez-vous au rhassoul (savon noir). Laissez poser sur le corps et les cheveux une huile végétale. L'argan, riche en vitamines liposolubles, est idéal pour les peaux très sèches. L'huile de macadamia est gorgée d'acides gras Omega 6, pour une hydratation en profondeur et une peau tonifiée. Ex. huiles végétales Pranarôm ou Clarins. Rincez le tout sous la douche, en vous frictionnant l'épiderme à l'aide d'un gant de kassa ou, pour les plus douillettes, d'une fleur en tulle. Cette exfoliation booste la circulation sanguine, détend les muscles, élimine les toxines et renouvelle la couche cornée. Les cellules sont oxygénées et le teint gagne en éclat ! Pour une action drainante et amincissante, adoptez le fameux pain de massage à picots Jeanne Piaubert. On peut y ajouter un doux peeling visage et corps, comme celui 100 % naturel de la marque de vinothérapie Sylvitis Therapy. Ensuite, place à un massage du corps avec la texture que vous préférez - crème, lait ou huile sèche (Huile Divine Caudalie, Huile Prodigieuse Nuxe, NutriExtra Vichy). Procédez dans le sens du drainage lymphatique, des orteils et des mains vers le coeur. Enfin, sachez que certaines bougies parfumées se transforment en huile de massage (ex. Plante System, Sultane de Saba, Erborian...).VIRGINIE DRAELANTS