Les cosmétiques naturels ont indéniablement le vent en poupe et la demande ne fait qu'augmenter. Ils semblent pourtant encore décourager les consommatrices (41%) de par leurs prix trop élevés, selon une étude de Benchmark Group*, même si une majorité de consommatrices sont prêtes à payer plus cher pour ce type de produits séduisants de par leur philosophie plus saine et plus proche de la nature, leur prix demeure actuellement un obstacle majeur à l'achat. Les consommatrices semblent aussi divisées sur leur efficacité: la moitié pense que les produits naturels ne sont pas plus efficaces que les cosmétiques classiques. Une proportion qui atteint 56 % chez les moins de 35 ans. C'est pour les soins du visage et les produits d'hygiène que les bénéfices des cosmétiques naturels sont les plus reconnus.

Ca.L

*L'étude de Benchmark Group est basée sur une enquête en ligne menée au cours du mois d'octobre 2009 auprès de 922 consommatrices de cosmétiques naturels. L'échantillon a été redressé sur la base de la structure sociodémographique de la population féminine française.

Les cosmétiques naturels ont indéniablement le vent en poupe et la demande ne fait qu'augmenter. Ils semblent pourtant encore décourager les consommatrices (41%) de par leurs prix trop élevés, selon une étude de Benchmark Group*, même si une majorité de consommatrices sont prêtes à payer plus cher pour ce type de produits séduisants de par leur philosophie plus saine et plus proche de la nature, leur prix demeure actuellement un obstacle majeur à l'achat. Les consommatrices semblent aussi divisées sur leur efficacité: la moitié pense que les produits naturels ne sont pas plus efficaces que les cosmétiques classiques. Une proportion qui atteint 56 % chez les moins de 35 ans. C'est pour les soins du visage et les produits d'hygiène que les bénéfices des cosmétiques naturels sont les plus reconnus. Ca.L *L'étude de Benchmark Group est basée sur une enquête en ligne menée au cours du mois d'octobre 2009 auprès de 922 consommatrices de cosmétiques naturels. L'échantillon a été redressé sur la base de la structure sociodémographique de la population féminine française.