Selon Make Up For Ever, spécialisée dans le maquillage de studio, l'apparition des caméras HD a révolutionné l'univers des fards. L'image, six fois plus précise qu'auparavant, ne pardonne en effet pas la moindre imperfection. La marque confiait au Monde Magazine (édition du 20 novembre dernier) avoir donc mis au point "une gamme HD, à la fois couvrante et transparente, qui permet un résultat zéro défaut, même sur une photo prise entre amis avec un téléphone portable, ce qui est important à l'heure de Facebook".

L'innovation a été vite relayée par l'ensemble des labos. Elle est très perceptible dans les fonds de teint, notamment, qui floutent les défauts, unifient le teint et font irradier "la beauté intérieure" sans théâtralité. On évite désormais le coup de blush et l'effet rosissant des pommettes car la carnation doit être aussi naturelle que possible.

L'autre constat ? En période économique incertaine, les maquilleurs misent sur une valeur sûre de la séduction : le style net, précis et rigoureux des années 50. Exit le smoky eye fondu dans un halo avec effets de contraste entre le clair et l'obscur. Oublié le gloss repulpant et son fini brillant comme un miroir. Sur la peau de lait transparente et parfaite, on peint les yeux (uniquement la paupière mobile) avec une seule couleur, vive et franche (bleu, vert, orange ou jaune citron) et on souligne le regard d'un trait d'eye-liner tracé avec beaucoup de précision.

Sur la bouche, le rouge à lèvres semi-mat est appliqué avec le même soin. On choisit une couleur fraîche comme une fleur : rouge, orange ou fuchsia. Les femmes redécouvrent aussi l'importance des ongles "faits". Le nude, toujours d'actualité, commence à céder la place au look pop art et ses nuances punchy : bleu, orange, vert, fuchsia, jaune, gris ou violet.

BARBARA WITKOWSKA

Selon Make Up For Ever, spécialisée dans le maquillage de studio, l'apparition des caméras HD a révolutionné l'univers des fards. L'image, six fois plus précise qu'auparavant, ne pardonne en effet pas la moindre imperfection. La marque confiait au Monde Magazine (édition du 20 novembre dernier) avoir donc mis au point "une gamme HD, à la fois couvrante et transparente, qui permet un résultat zéro défaut, même sur une photo prise entre amis avec un téléphone portable, ce qui est important à l'heure de Facebook". L'innovation a été vite relayée par l'ensemble des labos. Elle est très perceptible dans les fonds de teint, notamment, qui floutent les défauts, unifient le teint et font irradier "la beauté intérieure" sans théâtralité. On évite désormais le coup de blush et l'effet rosissant des pommettes car la carnation doit être aussi naturelle que possible. L'autre constat ? En période économique incertaine, les maquilleurs misent sur une valeur sûre de la séduction : le style net, précis et rigoureux des années 50. Exit le smoky eye fondu dans un halo avec effets de contraste entre le clair et l'obscur. Oublié le gloss repulpant et son fini brillant comme un miroir. Sur la peau de lait transparente et parfaite, on peint les yeux (uniquement la paupière mobile) avec une seule couleur, vive et franche (bleu, vert, orange ou jaune citron) et on souligne le regard d'un trait d'eye-liner tracé avec beaucoup de précision. Sur la bouche, le rouge à lèvres semi-mat est appliqué avec le même soin. On choisit une couleur fraîche comme une fleur : rouge, orange ou fuchsia. Les femmes redécouvrent aussi l'importance des ongles "faits". Le nude, toujours d'actualité, commence à céder la place au look pop art et ses nuances punchy : bleu, orange, vert, fuchsia, jaune, gris ou violet. BARBARA WITKOWSKA