C'est en avril que Cowboy avait fait son entrée remarquée sur le marché plutôt concurrentiel des vélos électriques, avec l'ambition affirmée de révolutionner la mobilité urbaine - rien que ça. Rappelons que ses trois initiateurs n'étaient pas vraiment des nouveaux venus dans le domaine de l'entreprenariat, puisqu'il s'agit d'Adrien Roose ...

C'est en avril que Cowboy avait fait son entrée remarquée sur le marché plutôt concurrentiel des vélos électriques, avec l'ambition affirmée de révolutionner la mobilité urbaine - rien que ça. Rappelons que ses trois initiateurs n'étaient pas vraiment des nouveaux venus dans le domaine de l'entreprenariat, puisqu'il s'agit d'Adrien Roose et Karim Slaoui, co-fondateurs de Take Eat Easy, ainsi que du co-fondateur de l'appli de co-voiturage Djump, Tanguy Goretti. Si ces deux projets appartiennent désormais au passé, leur nouveau concept semble avoir rencontré son public : Cowboy, un e-bike au look indéniablement élégant, équipé de phares et d'un feu de freinage intégrés au cadre, et propulsé par une assistance moteur intuitive, qui évalue la vitesse et le couple pour parfaitement s'adapter au style de conduite du cycliste. Le tout pour un poids minimal de 16 kilos, batterie comprise, et un prix franchement modique, pour cette petite merveille de design vélocipédique : 1790 euros, un montant obtenu grâce à l'absence d'intermédiaire, distributeurs ou détaillants. Cette particularité permet à Cowboy de poursuivre un double objectif : démocratiser le vélo assisté et ainsi "transformer le trajet quotidien en une expérience agréable tout en réduisant les embouteillages dans les villes". On ne s'étonnera donc pas que les deux métropoles les plus embouteillées du pays aient été choisies pour accueillir les deux premières boutiques. Emballé à l'idée de chevaucher l'un de ces noirs destriers ?