...

Ce vendredi, les gourmands pourront redécouvrir le musée Choco Story. Auparavant situé rue de la Tête d'Or, l'établissement vient d'investir une ancienne fabrique d'étain à deux pas du Manneken Pis. "On ne pouvait pas rêver mieux !", confirme Peggy Van Lierde, co-directrice du musée qui accueille habituellement 70 % de visiteurs étrangers. Après vingt années d'existence, le musée "un peu vieillot" se devait de revenir dans le coup. "Nous avons triplé notre surface, ce qui nous a permis d'imaginer plus d'équipements interactifs pour les enfants et plus de scénographie", précise Cédric Van Belle, co-directeur du musée.Un peu d'histoire...Les premières salles sont consacrées à l'Amazonie et la culture aztèque, la première à cultiver la fève de cacao. Celle-ci leur aurait été apportée par Quetzalcóatl, le terrifiant dieu-serpent à plumes... L'une des pièces maîtresses de la collection privée de la famille Van Belle est exposée non-loin. Il s'agit d'un morceau de mortier datant de -3 500 avant J.C. découvert en Equateur, contenant de la poudre de cacao. "La plus ancienne trace de son utilisation au monde !", précise fièrement la directrice. La suite de la visite nous emmène dans les cales des caravelles espagnoles qui ramenèrent les précieux fruits en Europe, jusque dans les salons Renaissance où l'on dégustait le chocolat tel qu'on le connait aujourd'hui. À chaque étape, des bornes numériques permettent aux plus jeunes de s'y retrouver, quand les plus grands peuvent exercer leur nez sur les odoramas. Les jeux virtuels risquent également de faire sensation, comme l'atelier "moussoir à chocolat" où chaque participant doit fouetter son mélange avec énergie....Avant la dégustationBien que dispatchée sur trois étages et 2 000m2, la suite de la visite est accessible aux personnes à mobilité réduite. Heureusement d'ailleurs, parce que l'étape la plus intéressante se trouve juste sous les combles. On veut bien sûr parler de la dégustation de chocolat. De petits distributeurs permettent d'exercer son palais en goûtant différents échantillons : l'amertume des pépites de cacao 100 %, la douceur du beurre de cacao... Puis deux artisans chocolatiers de la maison effectuent sous nos yeux une alléchante démonstration de fabrication de pralines. Celles-ci sont ensuite proposées aux visiteurs. Un choix cornélien s'impose : caramel au beurre salé ou spéculoos-praliné ? "La dégustation sera disponible à chaque fin de visite", assurent en tout cas la direction. Juliette Châble