Intervenant avant le "dîner des Chefs", organisé à Lyon (sud-est) dans les salons de la préfecture du Rhône, le président français a comparé cette future structure aux centres d'entraînement du football de Clairefontaine et du rugby de Marcoussis, en région parisienne, où se retrouvent les équipes nationales avant les grandes compétitions.

"Je vais mettre d'accord les amateurs de rugby et les amateurs de football, c'est le Marcoussis de la cuisine et des métiers de la table, ou le Clairefontaine de ces métiers", a déclaré Emmanuel Macron face aux quelque 200 invités de ce rendez-vous annuel des cuisiniers et pâtissiers les plus renommés.

Ce "centre d'entraînement et d'excellence pour l'ensemble des métiers culinaires" visera à "former pour arriver à l'excellence, entraîner pour les grandes compétitions et préparer les athlètes que vous êtes à gagner au nom des couleurs de la France", a-t-il ajouté.

Il a laissé entendre qu'il pourrait voir le jour à Lyon ou sa région, "épicentre de cette excellence".

Cette idée fait partie des propositions faites par Guillaume Gomez, l'ancien chef de l'Elysée qui est devenu en février son "représentant personnel" au service de "la gastronomie française".

Intervenant avant le "dîner des Chefs", organisé à Lyon (sud-est) dans les salons de la préfecture du Rhône, le président français a comparé cette future structure aux centres d'entraînement du football de Clairefontaine et du rugby de Marcoussis, en région parisienne, où se retrouvent les équipes nationales avant les grandes compétitions."Je vais mettre d'accord les amateurs de rugby et les amateurs de football, c'est le Marcoussis de la cuisine et des métiers de la table, ou le Clairefontaine de ces métiers", a déclaré Emmanuel Macron face aux quelque 200 invités de ce rendez-vous annuel des cuisiniers et pâtissiers les plus renommés.Ce "centre d'entraînement et d'excellence pour l'ensemble des métiers culinaires" visera à "former pour arriver à l'excellence, entraîner pour les grandes compétitions et préparer les athlètes que vous êtes à gagner au nom des couleurs de la France", a-t-il ajouté.Il a laissé entendre qu'il pourrait voir le jour à Lyon ou sa région, "épicentre de cette excellence".Cette idée fait partie des propositions faites par Guillaume Gomez, l'ancien chef de l'Elysée qui est devenu en février son "représentant personnel" au service de "la gastronomie française".